contact presentation soutien proposer article contact
transp
 
actualite
blank
blank
Éditorial
Politique
Étranger
Tribune libre
theoriciens
Yockey
Thiriart
Douguine
Evola
Autres
histoire
France
Italie
Espagne
Amérique latine
Allemagne
Pays anglo-saxons
Europe de l'Est
Autres
imperialisme
Entretiens
Antiaméricanisme
Antisionisme
Varia
spiritualites
Alternatives religieuses
Tradition
Varia
liste
liste
detail
sites nc
snc
accueil
recherche
recherchez
avancee
Mardi, 18 Juillet 2006
imprimer
mail
Le Salut : l’influence hindoue sur le christianisme
Dr. Koenraad Elst
Spiritualités :: Tradition
Le Salut : l’influence hindoue sur le christianisme
Le christianisme est né dans une région et à une époque d’inter-fécondation entre des religions et des philosophies différentes. En particulier, les traditions indiennes avaient influencé le climat intellectuel en Méditerranée orientale et parmi elles, le bouddhisme laissa la plus forte marque sur les écrits et les doctrines de la religion naissante qui prit le nom de Jésus Christ. Certains de ces emprunts sont anecdotiques et périphériques, d’autres vont au cœur des croyances distinctives du christianisme, par exemple la doctrine de l’Incarnation. La doctrine chrétienne du Salut (dans un sens non-terrestre, par opposition à la croyance juive en un « salut » politique consistant en la restauration du royaume de David par le Messie) est empruntée dans ses traits essentiels aux concepts upanishadiques et bouddhistes de libération, transformés dans un sens dévotionnel et théiste. Elle place le christianisme à l’écart des autres membres de la tradition « abrahamique ». En effet, une étude plus attentive des éléments indiens dans le christianisme révèle une dimension qui tranche à travers la nette dichotomie entre religions abrahamiques et païennes.

1. Introduction : Jésus en Inde ?

Au XIXe siècle, le mouvement réformiste hindou Brahmo Samaj (créé en 1820) tenta de protéger l’essence de l’hindouisme contre la menace perçue du christianisme missionnaire en incorporant les éléments les plus attractifs de ce dernier et en les « reconnaissant » comme faisant partie d’une façon ou d’une autre de la propre tradition de l’hindouisme. En particulier, le monothéisme, le concepts de « la paternité de Dieu et de la fraternité des hommes » et le rejet du culte des idoles furent empruntés au christianisme protestant. Les brahmoistes ne remplacèrent pas simplement les concepts hindous par les chrétiens mais réinterprétèrent plutôt l’hindouisme, par ex. en expliquant le polythéisme hindou comme étant un monothéisme masqué (« théisme polymorphe »), en s’appuyant sur le verset védique : « Indra, Agni, Varuna, les sages donnent de nombreux noms au Seul Vrai Etre ».

Un autre mouvement réformiste, l’Arya Samaj (créé en 1875), emboîta le pas : bien qu’il prit une position plus polémique que les brahmoistes contre les missionnaires chrétiens, il professa le monothéisme et mena une campagne active contre le culte des idoles. Ensuite, la Société Théosophique syncrétiste, en partie indienne et en partie européenne, ajouta les idées plus originales de l’interaction hindoue-bouddhiste-chrétienne et des dénominateurs communs mystiques, par ex. en expliquant le concept chrétien de « Royaume de Dieu » comme désignant un état de conscience yogique bienheureux. Le Brahmo Samaj et la Société Théosophique, bien que numériquement faibles, étaient très influents parmi la bourgeoisie anglicisée, alors que l’Arya Samaj exerçait une forte influence sur le mouvement de libération national de l’Inde et sur le nationalisme hindou. Bien que les critiques contre le culte des idoles et la participation aux festivals hindous populaires firent place à un compromis avec la majorité hindoue, certaines innovations doctrinales persistèrent et commencèrent à influencer la majorité. Il ne faut donc pas être surpris que de nombreux hindous aient intériorisé certains concepts chrétiens, avant tout un préjugé hautement favorable concernant la personne de Jésus Christ.

Avec le recul, nous pouvons dire que cette incorporation partielle d’éléments chrétiens fut la défense la plus efficace de l’hindouisme contre l’attrait des campagnes de conversion chrétiennes dans les circonstances de la domination coloniale chrétienne. Au lieu d’affronter le christianisme, cette approche neutralisait son attrait en comprenant Jésus selon des termes hindous, comme un maître spirituel, vénérable mais seulement un parmi beaucoup d’autres, pas comme un sauveur unique. En donnant une place à Jésus, elle fit apparaître l’acceptation de tout l’ensemble doctrinal chrétien comme superflue. Les hindous modernes, y compris le Mahatma Gandhi, commencèrent au contraire à évaluer toutes les religions comme étant des « chemins » à peu près équivalents conduisant au même but. La plupart d’entre eux ne comprennent pas que cette idée n’est pas bien accueillie mais plutôt abhorrée par les chrétiens traditionnels.

L’incorporation de Jésus dans la tradition spirituelle indienne prit une forme plus concrète avec la croyance que Jésus aurait appris son métier en Inde avant d’aller faire une tournée de prédication mouvementée en Palestine d’où il serait revenu pour rester au Cachemire et y rendre son dernier soupir à l’âge mûr de 115 ans (par ex. Kersten, 1986). Cette affirmation d’un séjour de Jésus parmi les yogis indiens s’entend fréquemment parmi les hindous, les théosophistes, certains musulmans d’Asie du Sud et même – puisque la spiritualité indienne est souvent internationalement identifiée à sa variante bouddhiste – parmi les bouddhistes, du Japon à la Californie. En 1983, j’ai assisté à une conférence du maître Zen japonais Hogen-San, où il montra la photographie d’une ancienne peinture représentant soi-disant une rencontre entre le Bouddha et le Christ !

Cette histoire vient apparemment des Ahmadiyas, une secte musulmane fondée à la fin du XIXe siècle par Mirza Ghulam Ahmad. Il prétendait être un prophète, défiant le dogme islamique selon lequel Mahomet est le prophète final. La croyance que Jésus, un prophète de haut rang dans l’islam, avait vécu en Inde, était destinée à soutenir l’affirmation de Ahmad que l’Inde, bien qu’éloignée de la patrie moyen-orientale des religions abrahamiques, pouvait cependant être le lieu d’une mission légitime d’un prophète. Cette croyance reçoit parfois le soutien additionnel de la théorie médiévale tardive selon laquelle les Pathans, qui vivent juste à l’ouest du Cachemire, sont les descendants des tribus perdues d’Israël, ce qui expliquerait que les parents juifs de Jésus aient pu envoyer leur fils parfaire son éducation chez des parents éloignés au nord-ouest de l’Inde. Ou bien qu’une théorie excentrique peut contenir une autre théorie encore plus excentrique.

Cependant, il y eut aussi des ouvertures chrétiennes vers l’hindouisme, en particulier dans le mouvement de l’« ashram chrétien ». L’idée fut lancée par un converti bengali, Brahmabandhab Upadhyay (+ 1907), qui fut suffisamment nationaliste pour donner une coloration hindoue à sa religion chrétienne d’adoption. Il rompit avec ses supérieurs lorsqu’il célébra un rituel dévotionnel pour la déesse Saraswati et fit l’éloge de Krishna et des Védas. Après l’indépendance, ses expériences d’adaptation furent renouvelées par des missionnaires catholiques comme Jules Monchanin (+ 1957), Henri Le Saux (+ 1973) et Bede Griffiths (+ 1999), qui justifièrent cette mesure comme une stratégie nécessaire pour accélérer le processus désespérément lent de conversion de l’Inde.

Dans leurs « ashrams », conçus avec une architecture et une décoration semblables à celles des temples, ils servaient des repas végétariens, portaient des robes safran tissées maison et incorporaient dans leur liturgie des phrases védiques comme : « Conduis-moi de la mort à l’immortalité ». Le Saux prit le nom de Abhishiktananda, « félicité de l’Oint [= le Messie] », alors que Monchanin nommait son ermitage l’Ashram Sacchidananda, « ermitage de l’Etre-Conscience-Félicité » : heureusement pour eux, le vocabulaire religieux hindou contenait non seulement des noms de dieux explicitement polythéistes et non-chrétiens mais aussi de nombreux concepts spirituels abstraits qu’un chrétien peut utiliser sans tomber ouvertement dans l’hérésie.

Malgré tout, les chrétiens indiens et particulièrement les convertis récents rejetèrent cette « paganisation du christianisme ». Les gardiens de l’orthodoxie firent de même, par ex. dans son livre Au seuil de l’espoir (1994), le pape Jean-Paul II dénonça la tendance parmi les moines et les laïcs chrétiens à explorer les formes de méditation orientales, et en 2000, sa déclaration Dominus Jesus réaffirma que le salut ne peut venir que de Jésus, pas par d’autres « chemins ». Les vrais hindous ne sont pas non plus très enthousiastes. C’est que l’un des symboles favoris du mouvement de l’ashram chrétien fut le signe Aoum sur une croix. La combinaison est absurde, du moins si la croix est prise dans son sens chrétien, le symbole de la souffrance. Bien que l’hindouisme connaisse les notions de souffrance et de péché, le signe Aoum représente par contre la vibration cosmique et la félicité éternelle.

Dans cet article, nous n’avons pas l’intention d’argumenter en faveur de cette tradition relativement récente du syncrétisme hindou-chrétien ou de la thèse du séjour de Jésus en Inde. Nous explorerons plutôt la possibilité non-sensationnelle d’influences liées à l’Inde sur le christianisme, qui peuvent s’expliquer par des tendances culturelles présentes en Méditerranée orientale, dans l’environnement de Jésus. Nous énumérerons les indications selon lesquelles certains éléments dans le judaïsme, dans la prédication de Jésus et dans la doctrine de l’Eglise peuvent en fait provenir de la tradition indo-iranienne à travers trois de ses strates et branches : (1) la culture indo-européenne de base dont certains motifs étaient encore reconnaissables dans la culture hellénistique ambiante ; (2) le mazdéisme de Zarathoustra, une branche (partiellement rebelle) de la religion indo-iranienne, qui influença le judaïsme aux VI-IVèmes siècles av. J.C., et dont la branche romano-hellénique du mithraïsme influença la doctrine chrétienne naissante; (3) les idées venant du bouddhisme missionnaire et d’autres écoles de pensée indiennes, qui étaient dans l’air dans l’Empire romain d’Orient et qui influencèrent les Evangiles, parfois par l’intermédiaire d’autres écoles de philosophie hellénistiques. Pour nos buts actuels, un bref survol de ces éléments communs ou empruntés suffira avant de nous concentrer sur leur signification et leurs implications pour la science des religions comparées.

2. Plus que de l’adaptation

Il est bien connu que dans ses campagnes de conversion, le christianisme suivit une politique d’adaptation. Cela signifie qu’il adopta des éléments païens sous une forme christianisée afin de faciliter la transition du paganisme au christianisme. A coup sûr, la réinterprétation de thèmes religieux précède de loin le christianisme : le judaïsme transforma un ancien festival de printemps en un jour de souvenir de l’exode d’Egypte (remplaçant la nature universelle par l’histoire nationale comme point de référence religieux), les hindous transformèrent une ancienne fête des moissons en une commémoration du couronnement de Rama victorieux (Diwali), et les bouddhistes transformèrent le Premier Mai en une célébration de la naissance ou de l’éveil du Bouddha (Wesak). Mais le christianisme fut le premier à utiliser ce type de réinterprétation systématiquement comme stratégie de conversion.

Les dieux païens devinrent des saints chrétiens, par ex. Isis avec le bébé Horus devint la Madone à l’Enfant. Le dieu germanique Wotan, barbu et porté par un cheval, devint Saint Nicolas, plus tard américanisé sous le nom de Santa Claus. Même le Bouddha trouva une place dans le calendrier des saints sous le nom de Saint Josépha. La célébration automnale des morts devint la Fête de la Toussaint [= de tous les Saints], qui regagne aujourd’hui ses couleurs purement païennes sous la forme d’Halloween. La date de Pâques (en anglais Easter, d’après la déesse germanique de l’aurore Eostre/Ostara) combine le symbolisme païen de l’équinoxe de printemps et de la pleine lune avec l’innovation chrétienne du dimanche comme Jour du Seigneur – une innovation qui fut elle-même empruntée au culte solaire du mithraïsme, une sorte de loge maçonnique romaine tardive inspirée par le mazdéisme iranien et par l’astrologie. Le solstice d’hiver comme fête du Soleil Invaincu devint Noël.

En fait, tout le culte du cycle de l’année dans le mithraïsme (non sans rapport avec celui du dieu védique du cycle annuel Prajapati) influença profondément le calendrier liturgique chrétien, de sorte que les fondamentalistes protestants protesteront plus tard à juste titre contre le fait que la plupart des festivals de l’Eglise, y compris Noël, sont des emprunts païens dépourvus de fondement bibliques. Le rituel de l’Eucharistie, durant lequel les chrétiens sont supposés boire le sang du Christ (un sacrilège pour les juifs), pourrait également être d’origine mithraïste.

Une prêtrise séparée fut créée en même temps qu’une liturgie standard, sur le modèle du professionnalisme religieux des religions païennes établies ou des cultes à mystères populaires. Des concepts et des termes de la philosophie grecque furent incorporés dans la théologie chrétienne. Parmi les innovations typiquement chrétiennes par rapport au judaïsme, la notion de Trinité divine (rejetée par les juifs et les musulmans comme crypto-polythéiste) porte clairement la marque de la cosmologie tripolaire indo-européenne connue sous le nom de trifonctionnalité [tripartition], bien attestée par ex. dans l’ancienne religion romaine. Les églises furent édifiées là où les temples ou les arbres sacrés s’étaient dressés, afin que les fidèles puissent continuer à venir dans leurs anciens lieux de culte et s’habituer graduellement à la liturgie chrétienne.

Durant ce processus d’adaptation, l’Eglise chrétienne garda le contrôle : elle adapta les formes anciennes à son nouveau message, mais s’assura qu’à travers le vernis païen la doctrine chrétienne était imposée aux convertis. Cependant, l’incorporation d’éléments indiens et particulièrement bouddhistes que nous allons maintenant discuter, eut un impact bien plus profond. Elle précéda la genèse d’une religion et d’une Eglise chrétiennes discernables et détermina certaines de leurs doctrines les plus centrales.

Les Evangiles contiennent un grand nombre de répétitions presque littérales de phrases, de paraboles et de scènes du canon bouddhiste, particulièrement du Mahaparinirvana-Sutra : le maître marchant sur l’eau (et disant aux disciples déconcertés : « c’est moi »), l’image de l’aveugle guidant les aveugles, la multiplication des pains, le maître demandant de l’eau à une femme appartenant à une communauté méprisée, l’appel à ne pas porter de jugement sur les autres, l’appel à répondre à l’hostilité par de l’amour, et d’autres motifs bien connus (Gruber & Kersten 1995, Derrett 2001). Des éléments doctrinaux tout comme des anecdotes biographiques ont été empruntées. La mère du Bouddha vit dans un rêve qu’un éléphant blanc plaçait l’enfant prometteur dans son ventre pendant qu’un être céleste annonçait la grande nouvelle au père, à peu près comme l’annonciation faite à Marie et à Joseph. La femme facile mais pieuse Marie-Madeleine est clairement une copie de la courtisane Amrapali vénérant le Bouddha (Lindtner 2000). L’iconographie de Jésus ressemble à celle du futur Bouddha Maitreya attendu, un nom dérivé de maitri, « sympathie, amitié », assez proche de la notion chrétienne de agape/charité. Le Maitreya est représenté avec des fleurs de lotus aux endroits où Jésus a les stigmates de la crucifixion.

C’est trop pour une simple coïncidence, et la similarité est encore renforcée par des détails très spécifiques. Ainsi, Jésus raconte qu’une veuve offre deux pièces de monnaie sur ses maigres biens et a donc plus de mérite qu’un homme riche donnant un présent plus grand sur ses richesses abondantes. Dans les textes bouddhistes nous trouvons le même message en plusieurs variantes, dont celle d’une veuve offrant deux pièces de monnaie ; un saint moine dédaigne le cadeau plus grand d’un homme riche et fait la louange de la piété de la veuve.

Pour ne pas rendre cela trop idyllique, nous pouvons souligner un thème moins à la mode que le christianisme a pu emprunter au bouddhisme : la dépréciation de la femme en tant qu’objet de désir et continuatrice de la vie dans cette vallée de larmes. Nous ne parlons pas de la croyance en l’inégalité de l’homme et de la femme, qui est presque universelle, même dans les religions promouvant la fertilité comme le judaïsme, le brahmanisme védique ou le confucianisme. Alors que ces cultures célèbrent les rapports sexuels avec la femme et la fertilité de sa matrice comme un grand sacrement de la vie, le christianisme et le bouddhisme tendant à condamner la vie comme étant souillée par le péché et la souffrance, et donc la procréation et la sexualité comme des sources de misère, et la femme comme une tentatrice néfaste. Le célibat comme mode de vie des moines bouddhistes était étranger aux Grecs comme aux Juifs mais fut adopté et considéré comme idéal par Saint Paul et par les moines bouddhistes. Le bouddhisme et le christianisme permettent le sexe et la procréation dans le cercle extérieur des fidèles à la foi tiède (« mieux vaut se marier que de brûler »), mais préfèrent l’ascétisme total pour le cercle intérieur des vrais croyants.

3. Abrahamiques contre païens

Le gouffre entre la tradition hindoue-bouddhiste et le christianisme est à première vue bien plus profond que celui entre le christianisme et le judaïsme ou l’islam. A la différence des deux derniers, les religions indiennes n’ont pas de racines « abrahamiques » communes avec le christianisme. L’hindouisme en particulier peut être compté comme le représentant par excellence de l’ancien objet de haine et bouc émissaire des religions abrahamiques incluant le christianisme : le paganisme. L’hostilité envers le paganisme est historiquement l’obligation première et définissante de la tradition abrahamique. « Tu n’auras pas d’autres dieux » ou « Il n’y a de Dieu qu’Allah » signifiaient concrètement pour ses premiers adeptes : « Combattez le paganisme et ses faux dieux ».

Comme mentionné précédemment, beaucoup hindous modernes ont intériorisé les critiques abrahamiques contre le polythéisme et contre l’utilisation des icônes dans le culte. C’est seulement dans les récentes décennies que le regretté Ram Swarup (1980, 1992) a pris la défense du polythéisme et de l’« idolâtrie ». Il rejette la querelle numérique sur le nombre des dieux comme étant stupide et sans rapport avec l’hindouisme, qui reconnaît à la fois l’unité et la multiplicité du Divin. Concernant l’idolâtrie, il souligne que les descriptions de la Divinité ne sont que des aides visuelles pour se concentrer mentalement sur la Personne Divine se trouvant derrière l’image (comme l’ont aussi affirmé les confessions catholique et orthodoxe de la famille abrahamique). Alors que même les hindous ordinaires posent les questions : conserver la photo d’un être cher diminue-t-il votre amour pour lui ou elle ? Détruire la photo rend-il votre amour plus authentique ? Ram Swarup ajoute une critique spirituelle : l’exclusivisme chrétien (et, mutatis mutandis, islamique), qui limite le Salut à ceux qui croient en la divinité du Christ et en la résurrection, trahit un manque de confiance dans l’omniprésence de Dieu.

Dans les forums contemporains pour le dialogue judéo-chrétien ou islamo-chrétien, les « racines abrahamiques communes » sont soulignées avec ferveur. Les religions concernées sont dites avoir beaucoup en commun, à commencer par leur croyance en un seul Créateur et dans Sa Révélation à travers les prophètes. Les délégués au dialogue, et même les théologiens traditionnels les moins portés au dialogue, reconnaissent que certaines doctrines fondamentales mettent les religions abrahamiques collectivement à part de toutes les autres religions, collectivement connues sous le nom de paganisme. Si le dialogue interreligieux est une mode récente, les chrétiens ont toujours fait la distinction entre les non-chrétiens abrahamiques (c’est-à-dire musulmans ou juifs) et les non-chrétiens païens, reconnaissant avoir une parenté religieuse bien plus grande avec les premiers qu’avec les derniers.

Avec Ram Swarup, beaucoup d’hindous contemporains ont intériorisé cette dichotomie entre les religions abrahamiques et païennes, mais cette fois-ci pour s’opposer à l’alternative abrahamique, considérée comme étroite d’esprit et spirituellement immature. Si le désaccord demeure sur la question de savoir quelle doctrine est bonne ou mauvaise, il existe maintenant un accord entre ces idéologues hindous et leurs adversaires abrahamiques concernant du moins cette division fondamentale du paysage religieux en deux pôles opposés : les religions païennes professées et pratiquées par l’humanité depuis le paléolithique, et les religions abrahamiques jaillissant de la Révélation de Dieu à des êtres humains élus au Moyen-Orient dans les derniers millénaires. Et pourtant, cette dichotomie n’est peut-être pas aussi claire que cela.

D’abord, il a souvent été souligné que la croyance centrale dans le monothéisme pourrait bien avoir comme l’un de ses tributaires une évolution de la religion indo-iranienne, donc une sœur de la religion védique, à savoir le mazdéisme iranien. Dans au moins certaines strates des écritures mazdéennes, nous trouvons le rejet des dieux indo-iraniens (daevas), qui sont transformés en démons, en faveur du dieu double Mitra-Varuna, vénéré sous le nom de Ahura Mazda, le « Seigneur Sage ». Cela semble préfigurer le rejet par Mahomet de la plupart des dieux arabes en faveur d’un seul parmi eux, Allah, et cela ressemble aussi au rejet par Moïse des dieux sémitiques comme Baal en faveur du seul Yahvé. Etant donné que la genèse du véritable monothéisme dans l’ancien Israël fut un processus lent et compliqué, et étant donné l’occupation du Moyen Orient par les Iraniens mazdéens au VIe siècle avant J.C. (où ils aidèrent explicitement à rétablir le culte de Yahvé dans le temple reconstruit de Jérusalem), il n’est pas excessif de proposer une influence mazdéenne sur le monothéisme israélite, bien que ses contours restent vagues.

Cependant, s’il y eut une telle influence mazdéenne, elle ne peut pas être interprétée comme une influence indirecte de la religion védique sur la religion israélite, car elle concerne précisément cette partie du mazdéisme qui était issue de la rupture et de la réaction contre le courant principal polythéiste indo-iranien tel qu’il est préservé dans les Védas. De même, d’autres éléments attribués à l’influence mazdéenne, tels que l’eschatologie de la résurrection physique, la venue d’un rédempteur et d’un jugement final, viennent clairement de développements internes ultérieurs dans le mazdéisme, sans rapport (que ce soit par conservation ou par rejet) avec les anciennes croyances fondamentales indo-iraniennes.

Le second élément interférant avec la nette dichotomie entre païens et abrahamiques semble plus prometteur pour notre étude actuelle. Nous allons montrer qu’il existe des similarités doctrinales entre les traditions chrétienne et hindoue-bouddhiste qui placent la première à l’écart des autres religions abrahamiques, et la dernière à l’écart des autres religions païennes. Ces similarités sont certainement le fruit de contacts historiques, bien qu’à l’exception de la présence d’une communauté bouddhiste près d’Alexandrie (la Therapeutaï), les détails des activités des bouddhistes au Moyen-Orient nous échappent encore. Nous examinerons les deux points communs de doctrine les plus importants : l’Incarnation et le Salut.

4. Le Salut

Dans les Upanishads, la strate la plus récente de la littérature védique, l’attention passe du sacrifice du feu rituel à la conscience intérieure de l’homme. Si nous la vidons des contenus sensoriels et mentaux qui l’occupent habituellement, nous voyons en elle notre vraie nature, le Soi. Cependant, faire l’expérience du silence mental qui rend possible la compréhension du Soi est plus facile à dire qu’à faire. Les chercheurs déterminés passent donc leur temps à percer le voile des scories mentales, à tenter de se libérer de la toile de l’ignorance, de la fausse identification et du faux attachement. C’est parmi cette classe de chercheurs que le Bouddha émergea comme le découvreur et l’enseignant de la méthode la plus performante et la plus complète.

Le but des yogis upanishadiques et bouddhistes était la « libération » (mukti, moksha), ou, dans la terminologie à la résonance plus négative du Bouddha, l’« extinction » (nirvana). C’est un concept doublement négatif : d’abord un problème affectant intrinsèquement tous les gens est défini (souffrance, ignorance, attachement), ensuite une méthode d’élimination du problème est conçue et mise en pratique, avec la libération pour résultat idéal. C’est exactement la même structure doctrinale qui forme le noyau du christianisme : tous les êtres humains sont affligés du péché originel commis par Adam et Eve, et ils ont maintenant besoin du Salut, que fournit la religion. Ce concept d’une inconvenance radicale dans la condition humaine et d’une évasion radicale concomitante pour passer dans l’état de Salut n’existe pas dans le judaïsme et dans l’islam. Il n’existe pas non plus dans la plupart des religions païennes comme l’ancienne religion grecque, le confucianisme ou le shinto, ni même, apparemment, dans la plus ancienne couche védique de l’hindouisme.

Comment parvient-on à la libération ou au salut ? La réponse hindoue-bouddhiste originelle est : par l’effort juste, c’est-à-dire par une pratique méditative qui calme toutes les distractions mentales. Cependant, ce chemin d’auto-libération est exigeant et ne peut donner la consolation immédiate que les gens ordinaires espèrent. Ainsi, assez tôt une pratique dévotionnelle se développa qui attribua au Bouddha, ou à Shiva ou Krishna, le pouvoir d’« accorder » d’une manière ou d’une autre la libération à ses fidèles. Les philosophes hindous ont distingué deux approches de la libération : la « voie du bébé singe », qui s’accroche à sa mère par son propre effort, et la « voie du chaton », que sa mère saisit entre ses dents. En pratique, la voie du chaton est de loin la plus populaire : les gens font l’effort de se mettre dans une disposition religieuse mais attendent la véritable découverte du Salut d’une Personne Divine bienveillante et interventionniste. Bien que la plupart des hindous et des bouddhistes connaissent vaguement les fruits de la méditation, peu d’entre eux la pratiquent réellement, alors que la plupart s’adonnent à des pratiques dévotionnelles comme le chant ou agiter des bâtonnets d’encens devant l’idole d’une Personne Divine ou Libérée.

C’est à cette étape dévotionnelle, que les puristes évalueraient comme une étape dégénérative, que le christianisme a emprunté la notion hindoue-bouddhiste de Salut. De même que l’adepte oriental attend que Shiva ou le Bouddha Amitabha ou Guan Yin (déesse bouddhiste chinoise) le sauve, le chrétien vénère Jésus Christ comme l’agent de son Salut. Bien que les mystiques chrétiens aient tenté de se rapprocher de Dieu par les techniques méditatives, le christianisme en tant que tel n’a pas de technique de Salut, à la différence du bouddhisme traditionnel. La doctrine chrétienne officielle limite les possibilités de Salut à l’intervention salvatrice de Dieu à travers Son Fils unique, Jésus-Christ.

5. L’Incarnation

Les juifs et les musulmans ont toujours dénoncé le christianisme comme un prétendant incomplet ou carrément faux au monothéisme. Ils considèrent que la doctrine de la Trinité (Père, Fils et Saint Esprit) diminue l’unité et l’unicité de Dieu. En laissant de coté le Saint Esprit pour l’instant, c’est principalement la Personne Divine du Fils, Dieu incarné, que les monothéistes stricts trouvent théologiquement incorrecte.

Dans la société hellénistique, les gens avaient une notion très floue de « dieu » et ne pensaient pas à décrire les gens remarquablement spirituels ou prétendument auteurs de miracles comme « divins ». Les héros antiques comme Hercule étaient déifiés après leur mort dans un processus connu sous le nom d’apothéose, « transformation en un dieu », et placés parmi les étoiles dans le ciel nocturne. Les hindous déifièrent à titre posthume leurs héros Rama et Krishna en réinterprétant leurs vies comme des incarnation du Seigneur Vishnou. Dans le bouddhisme, le Bouddha historique reçut graduellement le statut d’une incarnation divine, une parmi une série d’êtres illuminés descendus sur terre pour apporter la Libération à tous les êtres souffrants. Les cultures sémitiques païennes, par ex. à Ugarit, donnèrent aussi un statut divin posthume à leurs rois vénérés en les associant à l’un des dieux, comme El ou Baal. Ce processus d’association était appelé shirk, un terme généralisé par Mahomet pour chaque « association » d’êtres inférieurs avec le seul Dieu, Allah (« le dieu »). Les musulmans qualifient tous les polythéistes de mushrikin, « associateurs », c’est-à-dire d’êtres inférieurs associés à Allah.

De l’avis des musulmans, des juifs et des hérétiques ariens du christianisme, l’attribution d’un statut divin à Jésus-Christ n’est pas vraiment différente de la procédure par laquelle les païens donnaient un statut divin à leurs rois et saints, aux étoiles et aux montagnes, et même à des espèces animales (chats égyptiens, vaches hindoues) et à des statues sculptées et à des arbres, bref à des créatures à la place du Créateur. Ils pensent, très judicieusement, que la croyance chrétienne s’écarte du monothéisme en adoptant comme dogme le plus central la notion hautement païenne qu’une créature, le fils d’une femme, pourrait être Dieu. Sur ce point, le christianisme est indéniablement moins apparenté au judaïsme et à l’islam qu’à ces sectes de l’hindouisme et du bouddhisme qui déifient des figures historiques comme Krishna et le Bouddha.

6. La charité

L’argument de vente numéro un du christianisme est l’accent qu’il place sur la vertu de l’amour (à ne pas confondre avec l’amour érotique) ou de la charité. Les missionnaires aiment opposer la charité chrétienne universelle à l’ethnocentrisme juif, au fanatisme conflictuel musulman ou marxiste, à la cruelle indifférence hindoue pour la souffrance de ceux qui appartiennent à une autre caste, ou au désintérêt éthéré du bouddhisme pour toute œuvre terrestre utile. Pourtant, cette notion de sympathie universelle et son application dans les œuvres de charité précèdent clairement le christianisme.

Quatre siècles avant le Christ, l’école chinoise de Mozi prêchait déjà le jian’ai, l’« amour universel », et le mettait en pratique dans des communautés autonomes (comparables à celles établies par les épicuriens dans le monde hellénistique). Ces mohistes affirmaient que l’amour devait être distribué de manière égale parmi tous les frères humains, alors que leurs contemporains confucéens soutenaient que l’amour devait être différencié en intensité : plus d’amour pour les parents proches, moins pour les relations, encore moins pour les inconnus. Cependant, même les confucéens enseignaient qu’une certaine sympathie ou « fraternité » (ren) devait être étendue à toute l’humanité. Pendant ce temps en Inde, les Védas et plus tard le Bouddha faisaient l’éloge de la sympathie ou compassion (daya ou karuna), pas seulement envers nos frères humains mais envers tous les êtres sensibles.

On peut admettre que le christianisme a donné sa propre expression à la charité. La tendance activiste à sortir et à ouvrir des orphelinats ou des hôpitaux est moins en évidence dans l’hindouisme ou le bouddhisme que dans les colonies chrétiennes. A la différence des moines bouddhistes et hindous, qui sont seulement supposés faire leurs devoirs dévotionnels ou yogiques, les moines chrétiens de la plupart des ordres sont requis à travailler. On peut concéder que les moines bouddhistes se sont parfois chargés de certaines activités charitables, notamment en médecine, qui est après tout une application de la vocation bouddhiste fondamentale de soulager la souffrance. Parmi les devoirs des rois, les écritures hindoues incluent le souci des nécessiteux et des handicapés. Même ainsi, on ne peut pas nier que parmi le personnel religieux, les moines chrétiens étaient et sont encouragés bien plus systématiquement que tous autres à donner une expression matériellement constructive à leur sens de la charité.

La raison de cette différence, d’après les hindous et les bouddhistes convaincus de la supériorité de leur propre tradition, est que les missionnaires chrétiens devaient « vendre » leur « produit » doctrinal en donnant le bonus supplémentaire d’une aide matérielle, tout comme les vendeurs de mauvais produits tentent de les faire acheter par les gens en les piégeant avec des suppléments. Dans cette perspective, un converti au bouddhisme opte pour la Voie bouddhiste, alors qu’un converti au christianisme peut accepter les croyances chrétiennes sans effort tout en cherchant surtout à accéder au réseau chrétien de charité. Une explication moins polémique serait que les familles élargies de l’Inde pouvaient mieux pourvoir aux besoins de leurs membres malades et nécessiteux, requérant donc moins d’aide de la charité « publique » que les masses déracinées du Bas-Empire romain ou de l’Occident de l’âge industriel (notez que Mère Térésa se fit un nom à Kolkata parmi les immigrants déracinés de la ville moderne, pas dans un cadre social hindou traditionnel). La raison peut aussi être que le christianisme acquit simplement sa forme mature dans une culture activiste préexistante : d’abord les Romains avec leur dynamisme pratique et leurs exploits d’ingénierie, plus tard les peuples germaniques dans leur climat froid requérant un travail et une inventivité quotidiens pour la simple survie, par opposition au cadre gangétique du Bouddha où la relative opulence de la nature et l’immense chaleur découragent l’effort physique.

Mais la raison la plus fondamentale pour laquelle les traditions originaires de l’Inde insistent moins sur la compassion matérielle et les formes activistes de charité est simplement qu’elles prêtent davantage attention à ce qu’elles perçoivent comme un besoin humain plus profond. Vêtir les guenilleux les nourrir les affamés est très bien, mais comme le Bouddha l’apprit par ses propres jours de luxe dans sa jeunesse, même les bien-nourris et les bien-vêtus sont sujets à la tristesse et à la souffrance. La plus haute compassion n’est donc pas le partage de choses matérielles ou de l’attention émotionnelle, mais la communication des méthodes éthiques et méditatives conduisant au Nirvana.

En tous cas, toute l’idée que l’homme doit prendre soin de son frère, qu’il doit prendre la responsabilité du bien-être de la société dans son ensemble ou des humains nécessiteux en particulier, précède clairement le christianisme. Tout comme les chrétiens, mais des siècles plus tôt, l’hindou ou le bouddhiste est le gardien de son frère, et se voit enseigner depuis l’enfance à ne pas se complaire dans des inanités égocentriques et de l’autosatisfaction stupide, bien sûr à ne pas confondre avec l’introspection disciplinée. Se soucier des autres peut légitimement être qualifié de vertu chrétienne, mais elle n’est pas exclusivement chrétienne et trouve des modèles plus anciens dans le mohisme, le confucianisme, l’hindouisme et le bouddhisme, et sans doute aussi dans d’autres enseignements préchrétiens.

7. Conclusion

Le christianisme n’est pas aussi original qu’il se flatte de l’être. De même qu’il est maintenant généralement accepté que l’Ancien Testament a abondamment emprunté aux sources mésopotamiennes et égyptiennes plus anciennes, le Nouveau Testament a aussi emprunté une partie de son imagerie centrale et de ses croyances définissantes à la culture hellénistique cosmopolite ambiante et aux enseignements indiens qui avaient gagné une certaine popularité dans la région de la Méditerranée orientale. Cela implique qu’au lieu d’être un cadeau direct de Dieu, le christianisme est simplement une construction humaine, de même qu’il croit que toutes les autres religions le sont. Ceux qui sont inspirés par l’exemple et les enseignements de Jésus feraient bien d’étudier les propres sources d’inspiration de leur Sauveur.

notes

Bibliographie

ABHISHIKTANANDA, Swami (LE SAUX, Henri): Hindu-Christian Meeting-Point, Delhi 1976.

BROCKINGTON, John: Hinduism and Christianity, MacMillan, London 1992.

DAYANANDA Swaraswati, Swami (of Coimbatore), and GIRNDT, Helmut: A Vedantin's View of Christian Concepts, Arsha Vidya Gurukulam, Saylorsburg PA 1998.

DERRETT, J. Duncan M.: The Bible and the Buddhists, Sardini, Bornato (Italy) 2001.

GOEL, Sita Ram: Papacy, Its Doctrine and History, Voice of India, Delhi 1986.

--: Catholic Ashrams, Sannyasins or Swindlers?, 2nd ed., Voice of India, Delhi 1994.

--: Jesus Christ, an Artifice for Aggression, Voice of India, Delhi 1994.

--: History of Hindu-Christian Encounters (AD 304 to 1996), 2nd ed., Voice of India, Delhi 1996.

GRIFFITHS, Bede: Christ in India, Bangalore 1986.

GRUBER, Elmar, en KERSTEN, Holger: The Original Jesus. The Buddhist Sources of Christianity. Element Books, Shaftesbury 1995 (München 1995).

KATTACKAL, Jacob: Comparative Religion, St. Thomas Apostolic Seminary, Kottayam 1990.

KERSTEN, Holger: Jesus Lived in India. His Unknown Life Before and After the Crucifixion, Element Books, Shaftesbury 1986 (Munich 1983).

KÜNG, Hans, en VON STIETENCRON, Heinrich: Christendom en Wereldgodsdiensten, 2: Hindoeïsme, Gooi en Sticht, Hilversum 1987.

LEEMING, Joseph: Yoga en de Bijbel, Lulof, Almelo 1963.

LINDTNER, Christian: Amrapali in the Gospels, Adyar Library Bulletin 46, 2000.

MAJUMDAR, R.C.: The History and Culture of the Indian People, Bharatiya Vidya Bhavan, Bombay 1963 ff.

ODDIE, Geoffrey: Hindu and Christian in South-East Asia, SOAS, London 1991.

PARRINDER, Geoffrey: Avatar and Incarnation. A Comparison of Indian and Christian Beliefs, OUP, New York 1982.

PRABHAVANANDA, Swami: De Bergrede in het Licht van de Vedanta-Leer, De Driehoek, Amsterdam n.d.

RAJARAM, N.S.: Christianity's Scramble for India and the Failure of the 'Secularist' Elite, Hindu Writers' Forum, Delhi 1999.

SECRETARIATUS PRO NON-CHRISTIANIS: Pour un Dialogue avec l'Hindouisme, Ancora, Milano n.d.

SWARUP, Ram: The Word as Revelation: Names of Gods, Impex India, Delhi 1980.

--: Hinduism vis-à-vis Christianity and Islam, 3rd ed., Voice of India, Delhi 1992.

--: Pope John Paul II on Eastern Religions and Yoga. A Hindu-Buddhist Rejoinder, Voice of India, Delhi 1995.
0
sujet activé par la rédaction :: 1 réponse[s]
depeches
blank
faire un don
rss flux rss
blank
 
 
© 2002–09 :: v2.0
derniers documents
In memoriam Jacques Marlaud :: 31/08/14
Pink Floyd - Animals :: 31/08/14
Khaddafi, Saddam, le chaos d'après... :: 30/08/14
La lente désintégration de la Libye post-Kadhafi :: 30/08/14
Le monde selon Karl Marx :: 30/08/14