contact presentation soutien proposer article contact
transp
 
actualite
blank
blank
Éditorial
Politique
Étranger
Tribune libre
theoriciens
Yockey
Thiriart
Douguine
Evola
Autres
histoire
France
Italie
Espagne
Amérique latine
Allemagne
Pays anglo-saxons
Europe de l'Est
Autres
imperialisme
Entretiens
Antiaméricanisme
Antisionisme
Varia
spiritualites
Alternatives religieuses
Tradition
Varia
liste
liste
detail
sites nc
snc
accueil
recherche
recherchez
avancee
Mardi, 13 Août 2013
imprimer
mail
Le nationalisme, un socialisme organique.
Guillaume Lenormand
Tribune libre
Le nationalisme, un socialisme organique.


Considérons que le National-communisme et l'ultranationalisme comme les deux extrémités (gauche et droite) d'un même camp, le camp révolutionnaire, le camp de la résistance au mondialisme. Le camp de l'ordre naturel, au final.

Là ou le national-communisme, au travers ses multiples avatars, théorise de manière factuelle son socialisme (qu'il soit collectiviste, étatique, localiste ou hybride), à la manière des marxistes-léninistes, on reproche souvent aux nationalistes ""orthodoxes"" de ne pas avoir de notions de socialisme et de n'être attachés qu'à une dimension romantique et abstraite de la communauté. Une communauté qui serait définie par l'identité plutôt que par son organisation économique.

Il est vrai qu'aujourd'hui en France, la majorité des nationalistes ne se posent pas la question de l'économie et du socialisme. Ils restent dans une définition culturelle et territoriale, qui n'est pas suffisante en elle-même (mais qui n'est pas non plus facultative et dispensable comme l'estiment les marxistes purs et les "gauchistes"). Ce défaut n'incrimine pas pour autant la doctrine nationaliste (au sens de Barrès) mais plutôt le milieu nationaliste, au travers d'organisations comme l'Oeuvre Française ou encore les Jeunesses Nationalistes.

Si ces groupes ont certes très bien définis ce qu'était l'identité française charnelle, il leur manque une réflexion d'ordre social et économique. Celle-ci leur répugne de par leur matérialisme. De l'autre côté, la solution pour les ultranationalistes ne consiste pas à faire un ""collage"" maladroit d'idées ""de gauche" sur un canevas ""de droite"" (selon l'observation de notre camarade Sébastien Derouen). C'est même là l'erreur à éviter.

Les ultranationalistes (ou nationalistes intégraux) se revendiquent d'une doctrine qui, peut-être même malgré elle, véhicule la base du socialisme: c'est à dire l'appartenance à une communauté définie et charnelle. Donc un socialisme "instinctif" et ""naturel"". Un socialisme abstrait, propre à la définition du nationalisme (qu'il soit Maurassien ou Barrèsien). Une telle pensée sociale, propre au nationalisme et même inséparable de celui-ci mériterait un travail de théorisation et d'exploration intellectuelle à part entière. Malheureusement depuis Sorel, peu de théoriciens se sont penchés sur la question.

La pensée sociale charnelle et naturelle du nationalisme pouvant se résumer à la maxime:


""Une place pour chacun, chacun à sa place."""
0
depeches
blank
faire un don
rss flux rss
blank
 
 
© 2002–09 :: v2.0
dernieres actualité
L’écolo-gauchisme a trouvé son martyr La violence revendiquée s’inscrit dans une stratégie d’affrontements :: 30/10/14
L’Allemagne redécouvre le risque de récession :: 30/10/14
OTAN-Russie : une confrontation détournée :: 30/10/14
Les mesures phares du projet de loi antiterroriste :: 30/10/14
Affaire Bygmalion : perquisition au siège de l'UMP :: 30/10/14