contact presentation soutien proposer article contact
transp
 
actualite
blank
blank
Éditorial
Politique
Étranger
Tribune libre
theoriciens
Yockey
Thiriart
Douguine
Evola
Autres
histoire
France
Italie
Espagne
Amérique latine
Allemagne
Pays anglo-saxons
Europe de l'Est
Autres
imperialisme
Entretiens
Antiaméricanisme
Antisionisme
Varia
spiritualites
Alternatives religieuses
Tradition
Varia
liste
liste
detail
sites nc
snc
accueil
recherche
recherchez
avancee
Dimanche, 20 Février 2011
imprimer
mail
Entretien accordé au site Oskerei
Christian Bouchet
Histoire :: France
Entretien accordé au site Oskerei
Christian Bouchet is one of the most valuable and interesting European thinkers of our time. He is a leading national-revolutionary, working as a member of the Front National, and also the man behind the useful resource Voxnr. Weblog Oskorei is therefore proud to present an interview with Mr. Bouchet:

The interest and knowledge of French and European political movements and thought is rapidly growing in Scandinavia. But it is still in it’s infancy. Would you give a presentation of yourself and your background for those readers not yet familiar with you?

By profession I am a teacher. I am from a family whose involvement in the «wrong side» goes back to the time of the French Revolution and the uprising in the Vendee. So naturally I got into politics in 1969 in the same camp as my family. What differentiated me from my family, which was closely related to the royalist and reactionary current, is that I quickly joined the nationalist-revolutionary movement.

Thus, from the early 1970s I was a militant in the NR groups who then succeeded : the Organisation lutte du peuple, the Groupes nationalistes révolutionnaires of François Duprat, then the Mouvement nationaliste révolutionnaire. Simple activist first, I later became a branch organizer before entering, in the mid-1980s, the French management of this ideological trend. I have been successively Secretary-General of the movements Troisième voie, Nouvelle résistance and Unité radicale, and one of the leaders of the paneuropean movement Front européen de liberation.

From 1998 to 2002, as part of the strategy of the group Unité radical, I have driven the trend called «radical» in the Mouvement national of Bruno Megret and I belonged to the National Council of this party for which I went for various elections.

Since 2002, I gradually detached from activism in tiny groups and joined the Front national where I have subordinate responsibilities at local level.

Currently, the bulk of my work involves writing. I run the magazine Résistance since 1997, I am the correspondent in France of the italian nationalist-revolutionary daily Rinascita and since november 2008, I am an associate editor in charge of the international pages of the biweekly Flash. I also worked under my name or under a pseudonym, to many other organs including Réfléchir et agir, Eurasia and Nations presse magazine.

On the internet, I am the editor of Voxnr.com and my articles are widely quoted on the web.

Besides all this I am the owner of the publishing house Ars magna and an associate publisher at Éditions Avatar.

You are often described as a leading exponent of the national-revolutionary current. Some of our readers may not be familiar with this. Would you give a presentation of the national-revolutionary movement, it’s history and vision?

We can give several definitions of revolutionary nationalism, all valid and completing. Arguably it is the European counterpart of the national liberation movements in the Third World, it is a component of a larger political entity which is the conservative revolution and is a «centrist» current which rejects the notions of right and left in favor of the ideological unity of the people. A French author, Fabrice Bouthillon, has explained this in a recent article «It’s to revive what had been undone by the French Revolution that have multiplied across Europe, after 1789, these attempts at compromise between the Right and the left that constitute centrism. (…) There are two types of centrism, either by subtraction or by addition of extremes.» Precisely the model of the latter, which is in fact radical centrism, and combining the extreme left and extreme right is the revolutionary nationalism.

From a historical perspective, almost all European countries, or populated by people of European descent, have developed at one time or another in their history, native revolutionary-nationalism as jonsisme in Spain, peronism in Argentina, movements around Niekish, Jünger or Strasser in Germany, etc..

In third world countries varieties of revolutionary-nationalism currents can be identified, such as Nasserism or Baathism.

Would you name some of the people who inspire you?

It is always difficult to carry out such an operation. The big risk is to do name-dropping and nothing more …

That said, I fully realize that my thought is indebted to a number of lectures and meetings so I can mention some names of authors who have had a fundamental influence on me.

There are of course Alain de Benoist, who put «The ideas in place» (Les Idées à l’endroit is the title of an Alain de Benoist book) for me, Julius Evola and – to a lesser extent – Rene Guenon who gave me a «worldview», Alexander Dugin and Jean Thiriart who taught me geopolitics. Not to mention François Duprat whose tracks have been mine for almost forty years.

We are both inspired by Jean Thiriart and his vision of a Europe « from Dublin to Vladivostok ». How would you describe the current European Union ? Does it hold any potential for a European future of the sort Thiriart worked for?

It seems to me that the Europe which is organized in Brussels is each day a little further from the Europe of which we have dreamed. I hoped for a period, that the devil would port rock and that an European power might arise from the European Union.

In fact, it has not happened and instead of a powerful Europe we have a large common market wich is soft with multinational corporations and hard with the people, and which is geopolitically impotent because it is too big and too divisive.

When we had a little Europe, when we were nine or twelve, we could have hope in the European Union, we could think that it becomes an alternative. The «greater» Europe as we know it now that currently includes twenty-seven and has not finished growing, is becoming less governable and more open to American influences. This is no longer a geopolitical construction, it is simply an economic construction.

At the same time that it grows in size, this Europe is divided on the bases that are no longer national but regional or ethnic. Of course, to defend local identities is a commendable commitment with which we all agree. But there is also a risk of heterotelism, drifts perverse, which ultimately leads to promote landerisation of Europe and its weakening. And this is, unfortunately, in this context the approach taken by the various identity groups active at European level.

Their Europe of a hundred flags is a Europe with a hundred of Kosovo…

It is a Europe where all solidarity disappears, where we arrive at positions odious and grotesque as that of the Breton identitarian leader who said that in Brittany, he saw no difference between a French immigrant and an immigrant from Africa!

It also divided Europe even more than it is now, so that the weakest components are further manipulated, and ultimately Europe is totally helpless. A Europe that could compare to Germany after the Treaty of Westphalia, divided into 350 states, which for over 200 years looked at its history being written by others.

When I see that those who advocate the dismemberment of our country and Europe at the same time dare, in defiance of geopolitical reality, campaign on the theme of Europe’s power, I can only speculate on their intelligence or sincerity.

What is your analysis of the relationship of Russia, Turkey and North Africa to Europe?

A strong Europe, acting in a multipolar world, would have relations of friendship and cooperation with these geopolitical areas. But Europe is so weak … so the relations are unimportant, as we have seen in the Tunisian and Egyptian problems earlier this year.

For Russia, we want a strong and deep alliance structuring our continent around an axis Paris-Berlin-Moscow.

The Maghreb countries are linked to us by geography and history since ancient times. The Mediterranean should unite and not divide us. But still it would be necessary to really make it a Mare Nostrum without the presence of the Yankee fleet and without influence in the states that borders it of the agents of the Great Western and of Langley … A proactive policy development should put an end to the immigration from South to North.

But for this to succeed, as with the alliance with Russia which I mentioned earlier, it would require a political will of Europe, where the absence of a pivotal country in the latter. But this will not exist for the European Union, and no longer exists in France since the end of the quinquennium of Jacques Chirac.

As for Turkey, its fate is not to enter the European Union as desired by the U.S., but to establish a set of regional geopolitics with Syria, Iran and Iraq, as Foreign Minister Ahmet Davutoglu is currently trying.

What is your vision of a better social and economic system?

Economically, I’m Keynesian, favorable to a strong state intervening proactively in the economy and organizing a more even distribution of national wealth and well being. I fully agree in what has been called in France ”an authoritarian Colbertism” in which ”the State directs the capitalism”.

To me, economic liberalism is the absolute evil, from it derived all that is undermining our societies.

What is your analysis of the alternative encyclopedia, Metapedia?

This is an excellent initiative which I helped to develop in France.

It is important that our history is written by ourselves and not by our enemies. Indeed, in the latter case, they distort it and, by that very fact, disturb the perception that we have of ourselves.

However, visiting the various versions of Metapedia, I have often been distressed by a tendency to nostalgia politics and a focus on a very precise and very short period of European history. Yet the history of our continent and the nationalist movement is much more than that.

What is your analysis of Nicolas Sarkozy as an historical phenomenon?

Firstly, the election of Nicolas Sarkozy as president looked like a gigantic misunderstanding: while officials, upper middle class and urban sores voted mainly socialist, it is the vote of a majority of employees , workers and downgraded middle classes, relegated far from major urban centers of economic and cultural dynamism, that allowed Sarkozy to rise above 30% in the first round and win the second.

There is a paradox: the neo-liberal candidate was elected president, thanks to the popular classes. Now those voters have no economic program approved by Nicolas Sarkozy. Rather, they asked him to use his authority to save the social gains arising from the left.

If those voters chose Sarkozy for fighting crime, they also hoped to maintain the welfare system, and they did not believe that Nicolas Sarkozy’s entourage would leave the Gaullist legacy, destroying institutions and national independence.

Now on these three points popular disappointments did not delay and the disaffection of the electorate followed.

Then, Nicolas Sarkozy was still considered an ally of Washington boasting even of being nicknamed ”Sarkozy the American.” He was supported by neo-conservative Yankees, just as they would not support any candidate on the right, but also because they considered him the only major French politician embodying their ideas. For them, it was the hope of ending once and for all the two-headed hydra consisting of what remains of the French social model and the independent policy of France. His victory represented a subservience of France abroad as there has never been in the past, except as a result of military defeats.

What is your analysis of the Front National, and it’s potential for changing France?

Currently, according to the latest polls, if a presidential election was to be held next Sunday, Marine Le Pen would come in third, after Nicolas Sarkozy and the Socialist candidate.

Some analysts estimate that in 2012, it is not impossible that one is faced with a situation where Marine Le Pen would appear in the second round as the challenger to a Liberal or Socialist candidate.

As in France the legislative elections immediately follow the presidential one, if Marine Le Pen is in the second round, we can rely on a total repositioning of the FN electoral. Even if she is in third position, the FN’s electoral future should improve significantly and is expected to completely disrupt the balance of power of French politics.

That said, the elections will take place over a year from now and a lot can change between now and then, for better or for worse, and I think that we should not underestimate the ability of the liberal system to defend itself.

Anyway, I think the French national movement as a whole is facing a «historic opportunity» as it has never known. It has a new leader, a young, beautiful, dynamic and modern woman, which runs very well in public opinion, and at the same time the right and the liberal left who dominated French politics are in crisis.

For me it is therefore possible to help this national revolution, which would have a very important influence at European level, it is for this reason that I joined the National Front and I fight for its victory.

What is your position on islam, and the proper relationship between Europe and the world of islam?

In this matter we must guard against essentialism and any irrational reaction.

Like any great religion, Islam has multiple forms and we must take this into account. Denouncing Islam in its entirety, as I see many nationalists and identitarians doing, is just silly and worthy of an IQ in double digits.

You can have a traditionalist approach which is to oppose a «good» Islam to an «evil» one, namely the Shiite and Sufism versus Sunni and Wahhabism. It is an analysis which, moreover, goes beyond the traditional look and is also quite operative in the analysis that we can have in international politics since the Shiites are on the side of resistance to globalization while Sunnis have a tendency to get into bed with Uncle Sam …

Writing this, we must also consider that Europe is not the land of Islam and that Muslims who live there are only latecomers … As such, it does not seem to me shocking that they can benefit decent places of worship and cemeteries in places reserved for example. But at the same time, it is still necessary to remind them that they live among us and as such they must adapt to our customs – including architectural, culinary and clothing – and not require us to do otherwise. It is for them to assimilate if they wish, or leave to go where their ancestors come and not up to us to make efforts to adapt us to them.

What is your position on the question of Zionism and it’s relevance for Europe?

I totally agree with the thought of Stanislas de Clermont-Tonnerre, who stated in 1789, «We must refuse everything to the Jews as a nation and give everything to Jews as individuals.»

Clearly, I think we should differentiate clearly between two things: those practicing the Jewish religion and Zionism as such.

The former are entitled to respect, safety and the exercise of their faith in complete freedom. But it seems unusual that they can invoke as a community, as is sometimes the case, exorbitant benefits of common law.

As for Zionism, that is, to me, a late nationalism without justification in terms of people or nation unless one believes in the legend, so archaic that it is laughable, of god designating a people as his one and giving it a land … The Zionist leaders who managed to embody their fantasies in a state we are facing a problem that is a potential source of regional or world wars.

On the one hand, there is an illegitimate colonial state in existence for over half a century – which is nothing compared to history. It seems to me that we must find a political solution and the most sensible is that of a single state, secular and democratic, on the whole territory of historic Palestine. To some extent, a solution like in South Africa: a state and a democracy based on the principle ”one man, one vote” and a truth and reconciliation commission to pardon the misdeeds of the two camps.

But Zionism is not only the State of Israel. To ensure the existence of it, its leaders have developed structures of influence in most foreign countries that goes from real lobbies to the use of sayanims [foreign assistants]. But this is unacceptable. We can not tolerate a foreign country to act covertly on our soil to influence our foreign policy in its favor. We cannot tolerate that French nationals or nationals of other European countries see themselves as more related to a country whose citizens they are not than to the country where they reside. For these reasons I consider that Zionism must be fought in its manifestations on European soil.

Add to that another problem has appeared recently which is a national-Zionism, ie aligning the interests of Israel a part of the national movement of European countries. There is the case of the Vlaams Belang in Belgium, the Bloc identitaire in France, Geert Wilders in Holland, etc.. Now these groups are fascinating for their overall drift. Their love for Israel is only one element in something very much larger: they have become – if they were not originally as Wilders – Westerners, ultra-liberal, neo-cons, etc.. And they now hold positions opposite to ours. They must therefore be denounced and combated as such as they have become enemies.

The growth of national-revolutionary, New Right and National Left movements in Scandinavia is still in it’s infancy, especially in comparison with France. What would be your advice for us, both as movements and as individuals?

I think you need to read our great writers and translate them to your language. Similarly, you must give notice by publishing and by the media – paper or online – the history of our movement and its great figures. You should also study your own history. Because of the language barrier I know nothing of it, but it may well be that there existed, at some point or another, a Swedish revolutionary nationalism. The Nysvenska Rörelsen has long been in such close contact with various movements of Southern Europe, some of which were well oriented, I do not know of anything that may have resulted in your country, but it would probably be good to look in this direction, and see if some translations have not been made.

I also think you would have to develop your international links, it’s always very useful for the movement of ideas.

From a theoretical point of view, you should view as the plague those who might try to make you mercenaries of the reaction, of the right, of the Zionism and the West … well, we must reject all who would have you accept ideologies without consistency or rigor – as delusional national-anarchism – or those who confuse politics with nostalgia and activism with a masquerade ball …

Finally, do not deceive an enemy. The only true is liberalism, from it comes all.

Thank you very much for the interview, Mr. Bouchet.

Version française

The interest and knowledge of French and European political movements and thought is rapidly growing in Scandinavia. But it is still in it's infancy. Would you give a presentation of yourself and your background for those readers not yet familiar with you ?

De profession, je suis enseignant. Je suis issu d’une famille dont l’engagement dans le « mauvais camp » date de la Révolution française et du soulèvement de la Vendée. C’est donc tout naturellement que je suis entré en politique en 1969 dans le même camp que ma famille. Ce qui m’a différencié cependant de celle-ci qui était étroitement liée au courant royaliste et réactionnaire c’est que j’ai rapidement rejoint la tendance nationaliste-révolutionnaire.

Ainsi, à partir du début des années 1970 j’ai milité dans les groupes NR qui se sont alors succédés : l'Organisation lutte du peuple, les Groupes nationalistes révolutionnaires de François Duprat, puis le Mouvement nationaliste révolutionnaire. Simple militant d’abord, je suis ensuite devenu un cadre local avant d’accéder, au milieu des années 1980, à la direction française de ce courant idéologique. J’ai ainsi été successivement secrétaire-général des mouvements Troisième voie, Nouvelle résistance et Unité radicale, et un des animateurs du mouvement paneuropéen Front européen de libération.

De 1998 à 2002, dans le cadre de la stratégie du groupe Unité radicale, j’ai animé la tendance dite « radicale » au sein du Mouvement national républicain de Bruno Mégret et j’ai appartenu au Conseil national de ce parti pour lequel je me suis présenté à diverses élections.

À partir de 2002, je me suis progressivement détaché de l'activisme mouvementiste, et j’ai fini par rejoindre le Front national où j’occupe des responsabilités subalternes au niveau local.

Actuellement, l’essentiel de mon action passe par l’écrit. Je dirige la revue Résistance depuis 1997, je suis le correspondant en France du quotidien NR italien Rinascita et, depuis novembre 2008, je suis rédacteur en chef adjoint, en charge des pages internationales, du bimensuel Flash. Je collabore aussi, sous mon nom ou sous pseudonyme, à nombre d’autres organes dont Réfléchir et agir, Eurasia ou Nations presse magazine.

Sur internet, je suis l'éditorialiste de Voxnr.com et mes articles sont largement repris sur la toile.

En plus de tout cela je suis un des animateurs des Éditions Ars magna ainsi qu’éditeur-associé aux Éditions Avatar.


You are often described as a leading exponent of the national-revolutionary current. Some of our readers may not be familiar with this. Would you give a presentation of the national-revolutionary movement, it's history and vision ?

On peut donner plusieurs définitions du nationalisme-révolutionnaire, toutes valables et se complétant. On peut dire que c’est le pendant européen des mouvements de libération nationale des pays du tiers monde, que c’est une composante d’un ensemble politique plus large qui est la révolution conservatrice et que c’est un courant « centriste » qui rejette les notions de droite et de gauche au profit de l’unité idéologique du peuple. Un auteur français Fabrice Bouthillon a bien expliqué cela dans un texte récent « C’est pour renouer ce qui avait été dénoué par la révolution française que se sont multipliées dans toute l’Europe, après 1789, ces tentatives de compromis entre la Droite et la Gauche que constituent les centrismes. (…) Il existe deux types de centrisme, soit par soustraction, soit par addition des extrêmes. » et justement le modèle des seconds, qui sont en fait des centrismes radicaux, combinant et l’extrême gauche, et l’extrême droite, c’est le nationalisme révolutionnaire.

D’un point de vue historique, quasiment tous les pays européens, ou peuplés par des populations de souche européenne, ont développé, à un moment ou à un autre de leur histoire, un nationalisme-révolutionnaire autochtone comme le jonsisme en Espagne, le péronisme en Argentine, les mouvements autour de Niekisch, Jünger ou Strasser en Allemagne, etc. Dans les pays du tiers monde, on peut identifier comme des variétés de nationalisme-révolutionnaire des courants comme le nassérisme ou le baathisme.

Would you name some of the people who inspire you ?

Il est toujours délicat de se livrer à une telle opération. Le risque est grand de faire du name-dropping et rien de plus…

Cela dit, j’ai tout à fait conscience que ma pensée est redevable à un certain nombre de lectures et de rencontres donc je peux citer quelques noms d’auteurs qui ont eu une influence fondamentale sur moi.

Il y a bien sûr Alain de Benoist qui m’a mis « Les idées à l’endroit », Julius Evola et – à un moindre titre – René Guénon qui m’ont donné une « vue du monde », Alexandre Douguine et Jean Thiriart qui m’ont enseigné la géopolitique. Sans oublier François Duprat dont je suis la trace depuis près de quarante ans.

We are both inspired by Jean Thiriart and his vision of a Europe « from Dublin to Vladivostok ». How would you describe the current European Union ? Does it hold any potential for a European future of the sort Thiriart worked for ?

Il me semble que l’Europe qui s’organise à Bruxelles nous éloigne chaque jour un peu plus de l’Europe à laquelle nous avons rêvé. J’ai espéré, durant une période, que le diable porterait pierre et qu’une Europe puissance pourrait naître de l’Union européenne.

En fait, il n’en a rien été et à la place de l’Europe puissance on a un grand marché commun souple avec les multinationales, dur avec les peuples et de plus géopolitiquement impuissant par trop d’expansion et par trop de divisions.

Quand nous avions une petite Europe, quand nous n’étions que neuf, voire douze, on pouvait avoir de l’espoir dans l’Union Européenne, dans le fait qu’elle deviennent une alternative. La « grande » Europe que nous connaissons maintenant, qui regroupe actuellement vingt-sept États et qui n’a pas fini de croître, est de moins en moins gouvernable et de plus en plus ouverte aux influences américaines. Ce n’est plus une construction géopolitique c’est simplement une construction économique.

Dans le même temps qu’elle croît en taille, cette Europe se divise sur des bases qui ne sont plus nationales mais régionales voire ethniques. Bien sur, défendre les identités locales est un engagement louable avec lequel nous sommes tous d’accord. Mais il y a aussi un risque d’hétérotélie, de dérives perverses, qui, au final, aboutit à favoriser la landerisation de l’Europe et son affaiblissement. Et, c’est, malheureusement, dans cette optique qu’agissent les divers groupes identitaires actifs au niveau européen.

Leur l’Europe aux cent drapeaux c’est une Europe aux cent Kossovo…

C’est une Europe où toute solidarité disparaît, où l’on arrive à des prises de position odieuses et grotesques comme celle de ce dirigeant identitaire breton qui déclarait qu’en Bretagne, il ne voyait pas de différence entre un immigré français et un immigré africain !

C’est aussi une Europe encore plus divisée qu’elle ne l’est actuellement, donc dont les composantes les plus faibles sont encore plus manipulables, et en définitive c’est une Europe totalement impuissante. Une Europe que l’on pourrait comparer à l’Allemagne d’après le traité de Westphalie, divisée en 350 États, qui pendant plus de 200 ans regarda l’Histoire être écrite par d’autres.

Quand je vois que ceux qui prônent ce démembrement de notre pays et de l’Europe osent dans le même temps, au mépris de toute réalité géopolitique, faire campagne sur le thème de l’Europe puissance, je ne peux que m’interroger sur leur intelligence ou leur sincérité.

What is your analysis of the relationship of Russia, Turkey and North Africa to Europe ?

Une Europe forte, agissant dans un monde multipolaire, aurait des relations d’amitié et de coopération avec ces ensembles géopolitiques. Mais l’Europe est faible… donc ses relations sont sans importance, comme on vient de le voir dans les crises tunisienne et égyptienne de ce début d’année.

Pour la Russie, nous souhaitons une alliance solide et profonde structurant notre continent autour d’un axe Paris-Berlin-Moscou.

Les pays du Maghreb, sont liés à nous par la géographie et l’histoire depuis la nuit des temps. La Méditerranée devrait nous unir et non pas nous séparer. Mais encore faudrait-il en faire réellement une Mare nostrum sans la présence de la flotte yankee et sans l’influence dans les États qui la bordent des agents du Grand Occident et de Langley… Une politique volontariste de développement devrait mettre un terme à l’immigration du Sud vers le Nord.

Mais pour que ceci aboutisse, comme l’alliance avec la Russie que j’évoquais précédemment, il faudrait une volonté politique de l’Europe, où à défaut d’un pays pivot de celle-ci. Or cette volonté n’existe pas pour l’Union européenne, et n’existe plus pour la France depuis la fin du quinquennat de Jacques Chirac.

Quant à la Turquie, son destin n’est pas d’entrer dans l’Union européenne comme le souhaitent les USA, mais de constituer un ensemble géopolitique d’importance régionale avec la Syrie, l’Iran et l’Irak, comme travaille actuellement à le faire son ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu.

What is your vision of a better social and economic system ?

Économiquement, je suis keynesien, favorable à un État fort qui intervienne de manière volontariste dans l’économie et qui organise le plus équitablement qu’il soit la répartition des richesses nationales et le bien être de tous. Je me reconnais tout à fait dans ce qu’on a pu nommer en France « un colbertisme autoritaire » où « l'État dirige le capitalisme ».

À mes yeux, le libéralisme économique est le mal absolu, de lui découlent tout ce qui mine nos sociétés.

What is your analysis of the alternative encyclopedia, Metapedia ?

C’est une excellente initiative dont j’ai favorisé le développement en France.

Il est important que notre histoire soit écrite par nous même et non pas par nos ennemis. En effet, dans ce dernier cas, ceux-ci la déforment et, par ce fait même, troublent jusqu’à la perception que nous même nous en avons.

Cela étant, en visitant les diverses versions de Metapedia, j’ai souvent été peiné par une certaine tendance à la nostalgie politique et à la focalisation sur une période très précise et très courte de l’histoire européenne. Or l’histoire de notre continent et celle des mouvements nationalistes est bien plus que cela.

What is your analysis of Nicolas Sarkozy as an historical phenomenon ?

Tout d’abord, l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence a ressemblé à un gigantesque quiproquo : alors que les fonctionnaires, la classe moyenne supérieure et les bobos urbains votaient majoritairement socialiste, c’est le vote d’une grande partie des employés, des ouvriers et des classes moyennes déclassées, reléguées loin des grands centres urbains, de leur dynamisme économique et culturel, qui a permis à Sarkozy de passer la barre des 30% au premier tour et de triompher au second.

Il y a là un paradoxe : si le candidat néo-libéral a été élu président, c’est grâce aux classes populaires. Or ces électeurs n’ont aucunement approuvé le programme économique de Nicolas Sarkozy. Bien au contraire, ils lui ont demandé d’user de son autorité pour sauver les acquis sociaux dus à la gauche.

Si ces électeurs ont choisi Sarkozy pour la répression de la délinquance, ils espéraient aussi le maintien du système de protection sociale, et ils n’ont pas cru que l’entourage de Nicolas Sarkozy le laisserait détruire l’héritage gaulliste en matière d’institutions et d’indépendance nationale.

Or sur ces trois points la déception populaire n’a pas tardé et la désaffection de l’électorat a suivi.

Ensuite, Nicolas Sarkozy s’est toujours considéré comme un allié de Washingtonn se vantant même d’être surnommé « Sarkozy l’Américain ». Il a été soutenu par les néo-conservateurs yankees, pas simplement comme ils auraient soutenu n’importe quel candidat de droite, mais parce qu’ils le considéraient comme le seul homme politique français important incarnant leurs idées. Pour eux, c’était l’espoir d’en finir une fois pour toutes avec l’hydre à deux têtes constituée par ce qui reste de modèle social français et de la politique indépendante de la France. Sa victoire a représenté une inféodation de la France à l’étranger comme il n’y en a jamais eu dans le passé, sauf suite à des défaites militaires.

What is your analysis of the Front National, and it's potential for changing France ?

Actuellement, selon les sondages les plus récents, si une élection présidentielle devait se tenir dimanche prochain, Marine Le Pen arriverait en troisième position, après Nicolas Sarkozy et le candidat socialiste.

Certains analystes estiment qu’en 2012, il n’est pas impossible que l’on soit face à un cas de figure où l’on verrait Marine Le Pen figurer au second tour comme challenger soit du candidat libéral soit du candidat socialiste.

Comme en France les législatives suivent immédiatement les présidentielles, si Marine Le Pen est au second tour, on peut tabler sur un repositionnement électoral total du FN. Même si elle n’est qu’en troisième position, l’avenir électoral du FN devrait nettement s’améliorer et devrait bouleverser totalement le rapport de force du monde politique français.

Cela dit, les élections auront lieu dans plus d’un an et beaucoup de choses peuvent changer d’ici là, pour le meilleur comme pour le pire, et je crois qu’il ne faut pas sous-estimer la capacité qu’à le système libéral à se défendre.

Quoiqu’il en soit, je pense que le mouvement national français dans son ensemble est face à une « chance historique » comme il n’en a peut-être jamais connu. Il a un nouveau leader, une femme jeune, jolie, dynamique et moderne, qui passe très bien dans l’opinion, et au même moment la droite et la gauche libérale qui jusqu’alors dominaient la vie politique française sont en crise.

Pour moi il convient donc de contribuer à rendre possible cette révolution nationale, qui aurait des conséquences très importantes au niveau européen, c’est pour cette raison que je me suis rallié au Front national et que je milite pour sa victoire.


What is your position on islam, and the proper relationship between Europe and the world of islam ?

En la matière il faut se garder de tout essentialisme et de toute réaction irraisonnée.

Comme toute grande religion, l’islam est multiple dans ses formes et il faut prendre cela en compte. Dénoncer l’islam dans sa totalité, comme je vois nombre de nationaux et d’identitaires le faire, est idiot et seulement digne de QI à deux chiffres.

On peut avoir de lui une approche traditionaliste qui consiste à opposer un « bon » islam à un « mauvais », à savoir le chiisme et le soufisme versus le sunnisme et le wahhabisme. C’est une analyse qui, de plus, dépasse le simple aspect traditionnel et qui est aussi assez opérative au niveau de l’analyse que nous pouvons avoir de la politique internationale puisque les chiites se trouvent du côté de la résistance à la mondialisation tandis que les sunnites ont une fâcheuse tendance à s’acoquiner avec l’Oncle Sam…

Cela écrit, il faut considérer aussi que l’Europe n’est pas terre d’Islam et que les musulmans qui y résident ne sont que des « tard venus »… À ce titre, il ne me semble pas choquant qu’ils puissent bénéficier de lieux de cultes décents et d’emplacements réservés dans les cimetières, par exemple. Mais dans le même temps, il est quand même nécessaire de leur rappeler qu’ils vivent chez nous et qu’à ce titre ils doivent s’adapter à nos coutumes – y compris architecturales, culinaires ou vestimentaires – et non pas exiger de nous le contraire. C’est à eux de s’assimiler si ils le souhaitent, ou de repartir d’où eux même ou leurs ancêtre viennent, et non pas à nous de faire des efforts pour nous adapter à eux.

What is your position on the question of Zionism and it's relevance for Europe ?

Je rejoins totalement la pensée de Stanislas de Clermont-Tonnerre qui déclarait, en 1789, « Il faut tout refuser aux Juifs comme nation et tout accorder aux Juifs comme individus ».

En clair, je pense qu’il faut différencier clairement deux choses : les pratiquants de la religion juive et le sionisme en tant que tel.

Les premiers ont droit au respect, à la sécurité et à exercer leur culte dans la plus complète liberté. Mais il me semble anormal qu’ils puissent invoquer en tant que communauté, comme c’est parfois le cas, des avantages exorbitant du droit commun.

Quant au sionisme, ce n’est, à mes yeux, qu’un nationalisme tardif et sans justification en terme de peuple ou de nation à moins que l’on croit à la légende, si archaïque qu’elle en est risible, d’un dieu désignant un peuple comme le sien et lui attribuant une terre… Les leaders sionistes ayant réussi à incarner en un État leurs fantasmes nous sommes face à un problème qui est une source potentielle de guerres régionales ou mondiales.

D’un côté, il y a un État colonial et illégitime qui existe depuis plus d’un demi-siècle – ce qui n’est rien au regard de l’Histoire. Il me semble qu’il faut trouver là une solution politique dont la plus sensée est celle d’un seul État, laïc et démocratique, sur la totalité du territoire historique de la Palestine. D’une certaine mesure, une solution à la Sud-africaine : un État et une démocratie basée sur le principe « un homme, une voix », ainsi qu’une commission « vérité et réconciliation » pour amnistier les méfaits des deux camps.

Mais le sionisme, ce n’est pas que l’État d’Israël. Pour garantir l’existence de celui-ci, ses dirigeants ont développé des structures d’influence dans la plupart des pays étrangers : cela va de véritables lobbies à l’usage des sayamims. Or cela est inacceptable. On ne peut pas tolérer qu’un pays étranger agisse en sous-main sur notre sol pour influer sur notre politique étrangère en sa faveur. On ne peut pas non plus tolérer que des nationaux français ou ressortissants d’un autre pays européens se reconnaissent comme plus liés à un pays dont il ne sont pas citoyens qu’à celui où ils résident et dont ils ont la nationalité. C’est pour ces raisons que je considère que le sionisme doit être combattu dans ses manifestations sur le sol européen.

Ajoutons à cela un autre problème d’apparition récente qui est le national-sionisme, c’est à dire l’alignement sur les intérêts d’Israël d’une partie de la mouvance nationale des pays européens. On a le cas du Vlaams Belang en Belgique, du Bloc identitaire en France, de Geert Wilders en Hollande, etc. Or ces groupes sont fascinants par leur dérive globale. Leur amour pour Israël n’est qu’un élément dans un tout bien plus vaste : ils sont aussi devenus – s’ils ne l’étaient pas dès l’origine comme Wilders - occidentalistes, ultra-libéraux, néo-cons, etc. Et ils occupent maintenant des positions à l’opposé des nôtres. Ils doivent donc être dénoncés et combattus à ce titre comme les ennemis qu’ils sont devenus.

The growth of national-revolutionary, New Right and National Left movements in Scandinavia is still in it's infancy, especially in comparison with France. What would be your advice for us, both as movements and as individuals ?

Je pense qu’il faut que vous lisiez nos grands auteurs et que vous les traduisiez dans votre langue. De même, il faut faire connaître, par l’édition et la presse – papier ou internet – l’histoire de notre courant et ses grandes figures. Il faudrait aussi étudier votre propre histoire. Du fait de la barrière de la langue j’en ignore tout, mais il se pourrait bien qu’il ait existé, à un moment où à un autre, un nationalisme révolutionnaire suédois. Le Nysvenska rorelsen a été pendant longtemps en contact assez étroit avec divers mouvement de l’Europe du Sud dont certains étaient bien orientés, je ne sais pas du tout ce qu’il peut en avoir résulté dans votre pays, mais il faudrait sans doute chercher dans cette direction, voir si des traductions n’ont pas déjà été effectuées.

Il me semble aussi qu’il faudrait que vous développiez vos liens internationaux, c’est toujours très utile pour la circulation des idées.

D’un point de vue théorique, il faut vous garder comme de la peste de ceux qui pourraient tenter de faire de vous des mercenaires de la réaction, de la droite, du sionisme et de l’Occident… De même, il faut rejeter tous ceux qui voudraient vous faire accepter des idéologies sans consistance ni rigueur – comme le délirant national-anarchisme – ou ceux qui confondent la politique avec la nostalgie et le militantisme avec un bal costumé…

Enfin, ne vous trompez pas d’ennemi. Le seul véritable est le libéralisme, de lui tout découle.

Thank you very much for the interview, Mr. Bouchet.
0
depeches
blank
faire un don
rss flux rss
blank
 
 
© 2002–09 :: v2.0
derniers documents
Géopolitique et spiritualité du principe “Reich” :: 17/04/14
Les drapeaux noirs du mouvement paysan (1929-1931) :: 17/04/14
Les politiques tous pourris ? Non, c’est le système qui l’est … :: 17/04/14
L’identité européenne et le nordicisme :: 17/04/14
Chine, Russie, Europe :: 16/04/14