Accueil / ACTU / Société / Et si le pape François était un imposteur ?

Et si le pape François était un imposteur ?

Un titre-choc pour un article qui n’est surprenant qu’en apparence, paru sur El Pais, sorte de version espagnole du “Monde” (16/3/2017)

Sur wikipedia, le quotidien espagnol est qualifié de “libéral et européiste”. Cela va sans dire!

Le 13 mars a été l’occasion de nombreux articles pour marquer le quatrième anniversaire de l’accession de Jorge Mario Bergoglio au trône pontifical.

Parmi eux, celui de Roberto de Mattei sur Corrispondenza Romana, intitulé “Le Pape François quatre ans après”, qui note:

« Les médias, qui dès le début avaient exprimé un soutien massif au pape Bergoglio, commencent à manifester quelque perplexité. “On n’a jamais vu autant d’opposition au pape, pas même au temps de Paul VI” , admet l’historien Andrea Riccardi, selon lequel, toutefois, “le leadership papal est fort”. Trop fort pour beaucoup, qui accusent le pape d’autoritarisme et qui voient la confirmation du climat de peur qui règne au Vatican dans les plaintes anonymes exprimées par des affiches, des épigrammes, des vidéos qui tournent sur le web. Sarcasme et anonymat sont les caractéristiques de la dissidence qui se produit dans les régimes totalitaires, quand personne n’ose sortir à découvert par crainte de représailles du pouvoir.

Et aujourd’hui, dans l’Église, la résistance au pape Bergoglio grandit. (…)

Les catholiques fidèles à l’enseignement pérenne de l’Église dénoncent la nouveauté d’un pontificat qui, de facto, bouleverse la morale traditionnelle. Les novateurs sont insatisfaits d’une “ouverture” qui advient seulement de manière implicite, sans se matérialiser pas des gestes de vraie rupture avec le passé. »

C’est ce double aspect de perplexité des médias (de gauche!), et d’impatience des “progressistes” que met bien en évidence cet article du quotidien espagnol El pais, qu’a traduit pour nous Carlota, précédée de son commentaire:

Voici un article trouvé dans la page opinions de « El País », le journal espagnol équivalent du « Monde ». L’auteur est Rubén Amón, un journaliste qui travaillait aussi pour un autre périodique espagnol de même tendance, « El Mundo ».

L’article évoque le Pape François, non pas – malgré ce que laisse supposer le titre – par rapport à son élection qui serait contestée, mais par rapport à l’homme et à son comportement… Le ton est en apparence différent de celui habituellement laudateur de la “große” presse en faveur d’un Pape qui avait jusque là les faveurs des médias du Système. Comme quoi quelles que soient les concessions accordées au monde, elles ne sont jamais suffisantes, et en plus elles desservent le «camp » de celui qui les concède, sans même servir à celui qui les a concédées…

(Carlota)

* * *

Et si le pape était un imposteur ?

Le Pape Bergoglio termine sa « législature » en protagoniste d’une révolution beaucoup plus cosmétique que concrète.

Le principal mérite de Jorge Mario Bergoglio pour ces quatre premières années de législature consiste à avoir tout changé sans avoir rien changé. Un exercice de prestidigitation qui requiert la dévotion d’une société crédule et sentimentaliste? Nous ne sommes pas aux temps des vérités, – ne disons plus des vérités théologales -, mais à l’époque des perceptions et des sensations. Et François est perçu et ressenti unanimement comme un révolutionnaire sans avoir modifié d’un iota la doctrine de l’Église dans le domaine des affaires terrestres: pas de communion aux divorcés, – les supposés autorisations sont l’exception -, pas de reconnaissance des droits des homosexuels, pas d’engagement sur le poids de la femme dans l’Église, pas de tolérance normative en matière d’avortement, de préservatifs ou de la lignée égarée des adultères.

On pourra objecter que les lois de l’Église sont écrites dans le marbre. Et que cela n’a pas de sens de les soumettre à l’échauffement des débats contemporains. Le problème c’est qu’on a attribué à François la prouesse d’avoir entrepris une grande réforme, alors qu’il n’a même pas dépassé le stade préliminaire des insinuations et du maquillage cosmétique.

L’explication réside dans son charisme et ses facultés de téléprédicateur. François a obtenu un état de grâce qui irrite les catholiques « orthodoxes » et qui ravit les athées. Un Pape proche du Christ et éloigné de Dieu. Qui a décidé de se faire homme. Qui a sacrifié la primauté. Qui a renoncé au pouvoir du rite et à la suggestion métaphysique pour se sentir près de son prochain et s’asseoir au banc des fidèles.
Une semblable rectification du privilège pontifical a abouti à sa réputation de Pape du commun et collègue. Et a détérioré aussi son exceptionnalité et son immanence. En vulgarisant la charge de Pontifex Maximus, Bergoglio encourt le danger de faire le vide de la dimension liturgique et d’affaiblir son pouvoir sacré. On peut tutoyer François. Et on peut le confondre avec le Père Ángel (*) dans sa définition du prêtre de quartier.

Il s’agit d’un malentendu démocratique dans le contexte d’un dogmatisme uniforme (ndr ?). Car la démocratie est un régime politique idéal mais qui n’a pas d’oxygène dans les domaines sociétaux, – le collège, l’Armée, l’Église, l’espace domestique -, exposés au principe hiérarchique, au respect sénatorial, à la graduation des obligations et des responsabilités. La Reine Élisabeth II est plus proche de son peuple quand elle en est plus éloignée. Le faste, la forme et la grandeur (ndt en français dans le texte) concourent à son prestige. Ils font d’elle une figure surnaturelle. Comme ont cessé de l’être nos Bourbon dans leurs concessions à l’assimilation, – les rois aux pieds de leurs sujets ? Et quid de François s’il persévère dans son comportement de curé de quartier de Buenos Aires ou s’il se reconstitue dans l’image de l’agneau entouré de loups.

L’idée d’un souverain pontife vulnérable est attrayante. Un prince de l’Église que les chuchotements du Saint Siège sabotent. Et que l’on prétend assassiner parce que François est supposé représenter l’antidote providentiel à l’immobilisme. La société fantasme avec son Pape historique. On lui attribue des mots qu’il n’a pas dits et des prouesses qu’il n’a pas accomplies. Et on le dit accomplir un programme qu’il n’a pas promis.

Le pape François est-il un imposteur ? La question recèle quelques nuances blasphématoires du fait de la stature sacré du sujet. Et elle n’appelle pas une réponse affirmative, mais elle invite à se questionner sur la canonisation de son vivant dont François fait l’expérience. Sa révolution est une révolution des formes, une catharsis des apparences dont la répercussion a engendré le néologisme du « papulisme », une sorte de populisme papal qui rattache Bergoglio aux homélies buonistes, qui favorise les aspirations élémentaires, – la paix et l’amour, et qui a sensibilisé la gauche agnostique et athée comme une incarnation de la démagogie. François est le Pape de Podemos. Le Pape de Maduro et de Kirchner. Un équivalent bolivarien de l’Église. Un libérateur du capitalisme. Un avant-centre du mouvement écologiste. Une bonne personne que nous avons transformée en saint homme, et là l’imposteur c’est la société [et pas l’homme].

Notes

(*) Père Angel, prêtre catholique espagnol, de quelques mois plus jeunes que le Pape François, fondateur de l’ONG « les messagers de la paix », et bien connu pour son hétérodoxie (la photo iciest déjà un message !)

14 mars 2013 | Traduction de Carlota | Source

Votre Avis

A Consulter

La farce de la Nasa et la vraie mission des cosmonautes

Beaucoup de gens doutent de l’alunissage de 1969, autre opération de l’Etat US. En réalité …

Ce site utilise des cookies pour les services qu’il offre. Pour accepter leur utilisation, poursuivez votre visite ou cliquez sur : .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer