Accueil / ACTU / Politique / Un député a besoin de 9 000 euros net par mois !

Un député a besoin de 9 000 euros net par mois !

Le socialisme consiste à faire la générosité avec l’argent des autres. Les autres c’est vous, et l’argent, c’est le vôtre.

Julien Dray est un éléphant du PS, un éléphant qui aime son confort et que sa montre (en général une Rolex achetée à New York lors de week-ends de ventes privées organisées par la marque) donne la bonne heure.

Je le comprends, moi qui, à ma main, suis équipé d’une « Casio » plaqué inox à tout de même 90 €, ce que j’ai trouvé déjà pas donné. M’enfin, comme elle est étanche jusqu’à 10 bars de profondeur (bien que je n’ai aucune idée de combien cela fait en mètres), je me suis dit qu’elle ferait bien l’affaire pour barboter à la piscine avec les gamins et prendre ma douche le matin.

Bon, je ne connais pas le modèle de bagnole de Julien Dray, grand socialiste devant l’éternel, mais moi qui roule en Dacia, je peux vous certifier qu’il n’est pas utile de gagner 9 000 euros par mois pour se payer une Dacia. Ou alors une par mois, mais il est vrai de petite taille et sans clim ni direction assistée.

Pour Julien Dray, un député a donc besoin au minimum de 9 000 balles par mois…

Je précise que ce n’est pas moi qui le dis, mais Julien lui-même :

« Soyons sérieux, si on veut régler le problème de la corruption, un député a besoin de 9 000 euros net par mois. »

J’aime beaucoup le « soyons «sérieux» ». Ben évidemment mes chers sans-dents, un député c’est évidemment 9 000 minimum… Bon, moi je pense qu’on aurait pu arrondir à 10 000, 10 000 au moins c’est tout rond.

Loin de moi l’idée du « pauvrisme ». Je ne demande pas à un député, ou un ministre, d’être smicard, mais non, un député n’est pas obligé de gagner 9 000 euros.

D’ailleurs, j’ai une autre idée pour lutter contre la corruption des députés. Il suffit que tous les députés soient tout simplement inspectés, audités, contrôlés et surveillés de façon tellement étroite que les tricheurs iront se chercher un autre boulot.

Le bien public, le bien commun et le bénévolat !

Chaque jour, des millions de Français travaillent souvent dur, pour moins de 9 000 euros. Largement moins même.

Mais sans même parler de cela, chaque jour des millions de nos concitoyens donnent du temps à leurs semblables gratuitement, sans attendre de retour si ce n’est quelques sourires et de la gratitude.

Ils sont bénévoles.

Ils sont engagés.

Ils sont altruistes.

Ils poursuivent un objectif plus élevé appelé « bien commun ».

Combien d’associations gérées pour rien ?

Combien de clubs sportifs fonctionnent pour « rien » ?

Cette déclaration de Julien Dray est une insulte au peuple de France, à ses fonctionnaires, pompiers, policiers ou infirmières, à ses salariés du public comme du privé, à tous ces bénévoles y compris des maires de petites communes qui ne gagnent rien, si ce n’est « qu’il en faut bien un pour faire tourner la boutique ».

Oui c’est une insulte.

Une insulte car actuellement, un député gagne plus de 5 000 euros, et c’est essentiel qu’ils ne soient pas trop coupés des réalités de leurs administrés. Ils votent les lois. Qu’elles soient bonnes!

La politique est devenue un métier qui doit rapporter au lieu d’être une vocation pour servir.

Je crois qu’il est bon de rappeler un principe de bon sens.

Tout ne s’achète pas.

Tout ne doit pas être rémunéré.

Celui qui fait le choix de servir les autres le fait rarement uniquement par appât du gain.

Ce pays tourne non pas parce que des hommes politiques le dirigent mais parce que partout, des hommes et des femmes qui gagnent bien moins que 9 000 euros sont chaque jour à leur poste.

Celui qui veut être député ne doit pas l’être parce que la soupe est bonne et la cantoche aussi !

Il doit être député pour servir.

Servir les autres.

Servir le peuple.

Se mettre au service du bien commun.

S’il veut être riche, qu’il aille faire autre chose, une chose qui ne sera pas aux frais des contribuables que nous sommes.

Source

Consulter aussi

De Goulard en Parly : Au chevet des armées, une attente vite déçue [3]

L’éphémère ministre des Armées, la centriste Sylvie Goulard-Grassi, lâchant les commandes, sa remplaçante, Florence Parly, …

De Goulard en Parly : Au chevet des armées, une attente vite déçue [2]

L’éphémère ministre des Armées, la centriste Sylvie Goulard-Grassi, lâchant les commandes, sa remplaçante, Florence Parly, …

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz

Ce site utilise des Cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous validez leur utilisation. .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer