Accueil / FOCUS / Analyses / Qui garde la main sur Inherent Resolve ? Obama ? Trump ? Les militaires en tout cas…

Qui garde la main sur Inherent Resolve ? Obama ? Trump ? Les militaires en tout cas…

En toute logique, c’est désormais l’administration Trump qui préside aux destinées des guerres étasuniennes. Sauf que, des voix & non des moindres s’étonnent du peu de changement dans la conduite des opérations & les choix tactique du Pentagone, au Levant, notamment.

Parmi ces voix, certes discordantes, celle du patron du Hachd al-Chaabi (PMU)1, Jawad Toleybawi, qui a clairement accusé les forces américaines d’avoir aidé le primus inter pares d’Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (DA’ECH)2, le calife Abou Bakr Rolex al-Baghdadi, à fuir Mossoul.

Toleybawi a indiqué que les Renseignements irakiens font état du passage d’al-Baghdadi entre deux régions au sud de Mossoul. Et de poursuivre que « les forces américaines ont aidé Baghdadi à fuir de l’ouest de Mossoul vers la région de Kayrawane (province de Ninive) », a indiqué le site du PMU, .

Un version des faits en partie confirmée par le… Pentagone qui a reconnu que le chef de DA’ECH avait bien quitté Mossoul et serait retranché dans le désert. Sans plus de précisions…

Sur le terrain à Mossoul, DA’ECH continue de perdre du terrain aux forces irakiennes.

Le commandement conjoint des opérations, qui coordonne la lutte contre DA’ECH dans ce pays, a annoncé que les Unités d’élite du contre-terrorisme (CTS) avaient repris le quartier de Moualemine dans l’ouest de Mossoul.

Les autres forces impliquées dans l’offensive, entamée le 19 février 2017, pour libérer la partie ouest de la métropole du nord de l’Irak, dont la moitié orientale avait été reprise fin janvier 2017, consolidaient leurs gains des derniers jours.

« Pour l’instant, le commandement n’a pas donné l’ordre d’avancer vers la vieille ville », un quartier densément construit et peuplé, a indiqué à l’AFP un officier des Forces d’intervention rapide (FIR) irakiennes, le colonel Abdel Amir al-Mohammedawi. En attendant, les forces de sécurité « traquent les snipers » et « ratissent les quartiers reconquis pour désamorcer » les bombes laissées par les Kamiz brunes takfirî, a-t-il indiqué.

Il semble clair que, nouvelle administration ou pas, Washington poursuit sa course à l’échalote au Levant avec Moscou, essayant de marquer un maximum de points avant de parler géopolitique.

À meilleure preuve de cet engagement, les Américains, côté syrien cette fois, ont encore renforcé leur implication militaire aux côtés des Kurdes. Une batterie d’artillerie, composé de Howitzer M7773, a été notamment déployée en préparation à la Bataille de Raqqa, a précisé le Washington Post. Sa mission : assurer l’appui feu des Hêzên Sûriya Demokratîk (HSD)4, qui regroupent essentiellement des Kurdes du YPG (unités de protection du peuple : Yekîneyên Parastina Gel), mais aussi des Chrétiens du Conseil militaire syriaque (Mawtbo Fulhoyo Suryoyo) et des Arabes de l’Armée des révolutionnaires (Jayš al-Thuwar).

De même, des éléments de la 11th Marine Expeditionary Unit (MEU)5 de Camp Pendleton (CA) ont été déployés dans les zones syriennes prises par le HSD/FDS.

« Nous parlons de 400 militaires additionnels au total, ils s’y trouveront de manière temporaire », a reconnu le porte-parole de la coalition, le colonel John C. Dorian, suite aux révélations du Washington Post.

Selon un responsable US cité par le journal, cette force devrait remédier aux difficultés qui avaient été rencontrées jusque là et assister les forces déjà sur place estimées à 500 éléments et dont la mission était jusque-là, officiellement, limitée à la formation et à l’entraînement des miliciens des Hêzên Sûriya Demokratîk (HSD).

Par ailleurs, toujours selon le Washington Post, citant le lieutenant-général Stephen J. Townsend6, le patron de la Combined Joint Task Force–Operation Inherent Resolve (CJTF-OIR)7, un système High Mobility Artillery Rocket System (HIMARS) a bien été déployé sur zone.

Le moins que l’on puisse dire est que les Américains mettent de plus en plus le paquet. Quid des Russes ?

Notes

1 Ou Popular Mobilisation Unit/Unité de mobilisation populaire.
2 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
3 Canon de 155 mm conçu par BAE Global Combat Systems (une branche de BAE Systems). Il est opérationnel depuis 2005.
4 Ou Forces démocratiques syriennes (FDS) en français.
5 Auparavant appelée Marine Amphibious Unit (MAU), est la plus petite force opérationnelle air-sol  (MAGTF) du Corps des Marines. Chaque MEU est une force expéditionnaire rapidement déployable et prête pour une réponse immédiate pour n’importe quelle crise.
6 À noter que Stephen J. Townsend est d’origine afghano-allemande.
7 Le nom officiel de l’engagement US en Syrie.

A Consulter

Rodomonte ou Ivan IV ? Les Dessous de la Petite guerre patriotique de Moscou au Levant… [1]

Ce sont sont souvent des détails (semblant) sans importance qui sont les meilleurs révélateurs des …

Ce site utilise des cookies pour les services qu’il offre. Pour accepter leur utilisation, poursuivez votre visite ou cliquez sur : .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer