Accueil / ACTU / Monde / Bachar el-Assad parle aux Français !

Bachar el-Assad parle aux Français !

Au moment où l’avenir de la Syrie se joue, avec des discussions qui reprennent jeudi à Astana, au Kazakhstan, entre le régime & des représentants des rebelles, autour de la Russie, de l’Iran & de la Turquie, Bachar el-Assad a accordé un entretien à Europe 1 & à nos confrères de TF1, depuis Damas. Lors de cet entretien, retranscrit en intégralité ci-dessous, le président syrien évoque également le rôle tenu par la France & les Occidentaux dans le conflit, qui depuis 2011, a fait plus de 300.000 morts. Vidéo.

Europe 1. Deux mois après la chute d’Alep, peut-on dire que vous avez gagné la guerre ?

Dr. Bachar el-Assad. Non, je ne crois pas que l’on peut parler d’avoir gagné la guerre avant d’avoir battu les terroristes partout en Syrie. Il s’agit seulement d’un pas important sur le chemin qui va nous conduire à battre et éliminer le terrorisme dans notre pays, mais je pense que ce sera un long chemin. Et ce pour une seule et simple raison : les terroristes ont le soutien de nombreux pays occidentaux, y compris la France, le Royaume-Uni, ainsi que la Turquie, l’Arabie Séoudite et le Qatar dans notre région.

Europe 1. Vous parlez d’un long chemin, mais pouvez-vous résumer d’un point de vue militaire les objectifs qui vous restent à atteindre ?

Dr. Bachar el-Assad. Il est certain que lorsque je parle d’éliminer les terroristes de notre pays, cela veut dire reconquérir chaque pouce de notre territoire. Afin de le ramener sous le contrôle du gouvernement, car il incombe au gouvernement de reprendre le contrôle de tout le territoire.

Europe 1. Mais de quelle partie de la Syrie, de quelle ville en particulier parlez vous ?

Dr. Bachar el-Assad. Vous voulez dire après Alep ?

Europe 1. Oui.

Dr. Bachar el-Assad. Nous poursuivrons évidemment notre campagne dans la zone qui entoure Alep afin d’immuniser la ville contre toutes nouvelles attaques terroristes provenant de l’Ouest et du Nord qui reçoivent un soutien direct de la Turquie, de l’armée Turque.

TF1. Mais la prochaine étape ne sera-t-elle pas Idleb ? C’est ce qu’on dit, que la prochaine grande bataille sera Idleb.

Dr. Bachar el-Assad. Ce pourrait être Idleb, ce pourrait être Raqqa, ce pourrait être n’importe où. Maintenant tout dépend de l’évolution de la situation au quotidien, car on peut changer de plan en fonction de cela. Nous n’avons pas établi ce plan avant d’avoir terminé les opérations dans la ville et la campagne d’Alep. Il est donc encore tôt pour parler de la prochaine étape. Tout dépend des batailles dans les différents secteurs.

TF1. Mais la situation, maintenant, est bien meilleure pour vous qu’elle n’a été sur un plan militaire ?

Dr. Bachar el-Assad. Bien sûr, libérer chaque lieu des terroristes signifie que la situation s’améliore. Mais pour nous, cela ne suffit pas. DA’ECH est une conséquence et non LE problème d’origine

Monsieur, pour la France, la menace terroriste principale c’est DA’ECH, cela ne fait aucun doute. Pour vous tous les groupes armés, ou la plupart d’entre eux, sont terroristes. Pourquoi DA’ECH ne représente pas une menace spécifique pour vous ?

Dr. Bachar el-Assad. Premièrement, ce n’est pas nous, en tant que gouvernement, qui les qualifions de terroristes, mais c’est la loi qui les considère ainsi, de même que le droit international. Quiconque porte une arme dans mon pays, ou dans le vôtre, et se met à tuer des gens et à détruire des biens, est un terroriste. C’est un concept international. Et donc nous ne sommes pas les seuls à le définir ainsi. En ce qui nous concerne, et selon cette même loi, quiconque souhaite rendre les armes cesse dès lors d’être considéré comme un terroriste.

Maintenant, je pense que lorsque vous dites que les Français ou les Européens s’inquiètent de DA’ECH, cela veut dire qu’on ne comprend pas bien la situation. DA’ECH est une conséquence et non LE problème d’origine. Le problème réside dans l’idéologie de DA’ECH, qui est la même idéologie pour le Front Al-Nosra, et pour de nombreuses autres organisations qui adoptent une idéologie similaire en Syrie, et peut être aussi en Libye et dans d’autres pays. Vous devriez donc vous inquiéter de ces terroristes, qui n’ont que faire d’appartenir à DA’ECH ou à An-Nosra. Ils mettent en œuvre ce que leur idéologie leur commande de faire, c’est-à-dire essentiellement des actes terroristes.

Europe 1. Alors pour vous il n’y a aucune différence entre DA’ECH et ces autres groupes ?

Dr. Bachar el-Assad. Absolument. En Syrie, toutes ces organisations ont les mêmes racines. Les mêmes personnes qui faisaient partie de DA’ECH appartenaient auparavant à An-Nosra. Maintenant, ils passent d’une organisation à une autre, car toutes ces organisations ont la même idéologie : l’idéologie wahhabite qui est l’origine de ce terrorisme.

Europe 1. Est-ce donc pour vous le même ennemi ? Tous ces terroristes se ressemblent donc ?

Dr. Bachar el-Assad. Oui bien sûr. Et ce conformément à la loi, ce n’est pas moi qui le dit. Comme je viens de le dire, conformément à la loi et au droit international personne, dans aucun pays, n’a le droit de détenir des armes exceptées l’armée et la police. Je pense que c’est la même chose en France. À moins que je ne me trompe, dites le moi. Mais je pense que c’est le cas partout dans le monde.

TF1. Donc Raqqa, qui est le fief de DA’ECH, où les attaques terroristes en France ont été préparées, n’est pas une cible prioritaire pour vous…

Dr. Bachar el-Assad. Non, et encore une fois ces attaques n’ont pas nécessairement été préparées à Raqqa. Raqqa n’est qu’un symbole de DA’ECH.

 TF1. Un symbole ?

Dr. Bachar el-Assad. Il y a une présence de DA’ECH près de Damas. Ils sont partout. Ils sont à Palmyre en ce moment, et dans la partie Est de la Syrie : alors non. Il ne s’agit pas que de Raqqa. Les priorités sont partout. Et cela dépend de l’évolution des combats. Mais pour nous tout compte : Raqqa, Palmyre, Idleb, tout compte !

TF1. Monsieur le président, vous vous présentez comme le rempart principal contre le terrorisme. Il y a beaucoup de gens, chez nous en particulier, qui disent que l’EI d’un côté, et votre régime de l’autre, sont les deux faces d’un même mal, qui cherchent à réprimer toute forme d’expression démocratique libre dans ce pays. Que leur répondez-vous ?

Dr. Bachar el-Assad. Premièrement, nous ne sommes pas un régime. Nous sommes un État avec des institutions. Deuxièmement, c’est bien là la diabolisation de la Syrie, de son gouvernement syrien et de son armée, par les principaux médias et les milieux politiques occidentaux qui ont soutenu au tout début, ces soi disant modérés. Ils ont dit au début qu’il s’agissait de manifestants pacifiques, après quoi ils ont dit qu’ils n’étaient plus si pacifiques, qu’ils étaient des combattants mais toujours modérés. Mais en fait, ils ne réalisaient pas qu’ils soutenaient la base même d’Al-Qaïda et de DA’ECH.

Voilà pourquoi ils disent maintenant que nous faisons la promotion de ces terroristes, que nous les utilisons comme une alternative, pour que l’Occident n’aie plus le choix. Premièrement, l’Occident n’a pas à choisir entre moi et DA’ECH. C’est à mon peuple de le faire. Parce que c’est une question purement syrienne. Donc nous n’avons que faire de ce que les responsables occidentaux pensent de tout cela. Ils feraient mieux de s’inquiéter de leur propre population, de les protéger des attaques terroristes qui ont lieu à cause de leur politique.

Europe 1. Monsieur, nous sommes bien sur extrêmement choqués, en particulier en France, par les horreurs du terrorisme. Mais nous sommes aussi horrifiés par ce rapport d’Amnesty International, publié il y a quelques jours, la semaine dernière. Il s’agit de la prison de Saydnaya : ce n’est pas très loin d’ici, pas loin de Damas. 13.000 prisonniers exécutés, des pendaisons massives, des actes de torture. Amnesty parle – je lis le rapport – d’un lieu où l’État syrien massacre silencieusement son propre peuple. Monsieur le Président, tout est-il permis pour gagner une guerre. Pouvez-vous faire ce que vous voulez ?

Dr. Bachar el-Assad. Non, tout est légal. Vous ne pouvez pas faire n’importe quoi…

Europe 1. Mais d’après le rapport d’Amnesty, nous ne sommes pas dans la légalité…

Dr. Bachar el-Assad. Non. Il y a une différence entre le fait qu’on parle, vous et moi, des faits en Syrie, ou au contraire d’allégations. Si vous voulez évoquer des allégations, on peut passer énormément de temps à le faire, car les allégations sont interminables. Tout le monde peut dire ce qu’il veut et on peut en discuter. Mais dans ce cas précis, on ne parle pas de faits. Maintenant si vous voulez parlez d’Amnesty international, allons-y ! Parce que c’est une organisation mondialement connue, il est honteux qu’elle se mette à bâtir un rapport sur la base de simples allégations. Si vous venez devant un tribunal dans votre pays, et vous en avez des tribunaux, vous avez un système judiciaire, est-ce que ce tribunal prendrait une quelconque décision sur la base d’allégations, ou est ce qu’il exigerait des preuves ? Ce rapport est bâti sur des allégations ! Pas un seul document ; pas une seule preuve. Ils n’ont même pas parlé de 13.000 morts, ils ont dit entre 5.000 et 13.000. On passe du simple au double ! Cela veut dire qu’il n’y a pas de précision. Aucun nom n’est mentionné parmi les victimes supposées. Sur ces milliers, il n’y en a que 36. Et il y a plusieurs lacunes. Ils ont dit par exemple que le Grand Mufti (un chef religieux) avalise les exécutions, or les personnalités religieuses en Syrie n’ont strictement rien à voir avec la procédure judiciaire. La peine de mort est légale en Syrie. Cela fait partie du droit syrien depuis l’indépendance. Le gouvernement a donc le droit d’exécuter n’importe qui conformément à la loi. Pourquoi le ferait-il alors de manière illégale ?

Europe 1. La torture est illégale même en Syrie. Vous pouvez affirmer qu’on ne pratique pas la torture dans cette prison de Saidnaya comme Amnesty le dit ?

Dr. Bachar el-Assad. La question est : pourquoi torturer ? Je veux dire, commettre des actes de torture, pourquoi ? Dans quel but ? Qu’est ce que nous gagnons ? Juste par sadisme ? Sommes-nous des sadiques ? Pourquoi le ferions-nous ? Pour obtenir des informations ? Nous avons toutes les informations qu’il nous faut. Donc nous ne recourons pas à la torture. Cela ne fait pas partie de notre politique. Pour une simple raison : si nous commettons de telles atrocités, cela serait dans l’intérêt des terroristes et ferait leur jeu, et ils seraient les gagnants. Or, il s’agit de gagner les cœurs dans la population syrienne. Si nous avions commis de telles atrocités, à n’importe quelle étape de ce conflit, nous n’aurions pas le soutien populaire que nous avons au bout de six ans. C’est une réalité toute simple. Mais encore une fois, si l’on revient à ces rapports, un rapport doit être bâti sur des faits. Et il n’y a pas un seul fait précis dans celui-ci. Il faut qu’ils apportent des preuves et ils ne peuvent pas le faire.

Europe 1. Mais Amnesty suggère d’envoyer des observateurs internationaux dans vos centres de détention, précisément pour collecter des preuves, ou pour prouver que vous avez raison, et qu’aucun crime n’est commis. Que répondez-vous à cette proposition ?

Dr. Bachar el-Assad. Je crois qu’il vaut mieux ouvrir une enquête sur Amnesty elle-même, lorsqu’elle adopte un rapport fondé sur des allégations. C’est une honte : honte à une telle organisation qui n’a jamais été impartiale, mais qui a toujours pris parti.

TF1. Et les témoignages d’anciens gardiens et de prisonniers ?

Dr. Bachar el-Assad. C’est une question de souveraineté. S’il y a des allégations chaque jour, et des rapports de ce type chaque jour, on peut passer tout son temps à recevoir des délégations étrangères. Est-ce que vous accepteriez, si vous le demandez à votre gouvernement, qu’une délégation syrienne soit envoyée chez vous pour enquêter sur les raisons pour lesquelles votre armée sous Nicolas Sarkozy puis sous François Hollande a attaqué les Libyens, et tué des dizaines ou des centaines de milliers d’entre eux ? Est-ce que nous pouvons aller enquêter sur l’argent que Sarkozy a reçu de Kadhafi ? C’est une question de souveraineté. Non, nous ne permettrons pas à Amnesty de venir ici. Sous aucun prétexte, ou pour quelque raison que ce soit. Je ne parle pas de ce rapport, mais en tant que média grand public, vous devez faire votre enquête également. Sur quoi ce rapporte est-il basé ? Si c’est juste des allégations vous ne pouvez pas le prendre au sérieux.

TF1. Donc votre réponse est non à la visite d’observateurs internationaux ?

Dr. Bachar el-Assad. Non, définitivement non ! Nous n’avons que faire d’un tel rapport infantile basé sur du néant. Rien que des allégations. Ils disent avoir interrogé quelques témoins qui sont des opposants et des déserteurs. C’est donc un rapport impartial.

TF1. Mais vous reconnaissez qu’il y a des exécutions officielles, légales en Syrie ?

Dr. Bachar el-Assad. Cela existe depuis l’indépendance. La peine de mort fait partie de la loi syrienne en cas de meurtre. Cela n’a rien à voir avec cette crise, ni avec ce rapport, ou cette prison. Il y a une manière légale de procéder, cela s’appelle la voie judiciaire.

Europe 1. Monsieur, parlons des relations entre la France et la Syrie. D’ici quelques semaines, un nouveau président sera élu en France. Et parmi les débats que nous avons chez nous, il y a celui qui concerne la reprise du dialogue avec votre gouvernement. Est-ce que vous espérez une relance des relations diplomatiques avec la France ?

Dr. Bachar el-Assad. Ce qui est important, ce ne sont pas nos relations diplomatiques. Il s’agit essentiellement et en premier lieu de la ligne politique de la France. Si nous n’avons pas de relations diplomatiques, ce n’est pas un gros problème pour le moment. Même si pour le long terme, il faudrait avoir de bonnes relations avec n’importe quel pays, y compris des relations diplomatiques.

Europe 1. Eh bien parlons de la ligne politique de la France !

Dr. Bachar el-Assad. Exactement. La politique de la France, depuis le premier jour a consisté à soutenir les terroristes en Syrie, et est directement responsable des tueries dans notre pays.

Europe 1. C’est une accusation très sérieuse contre la France ! Comment pouvez-vous dire que la France soutient le terrorisme ?

Dr. Bachar el-Assad. Ce sont eux qui le disent. Je ne les accuse pas. Ils ont dit à plusieurs reprises avoir soutenu la guerre. François Hollande a même récemment déclaré que cela avait été une erreur de ne pas avoir déclenché la guerre en 2013. Ce sont eux qui ont dit qu’ils envoyaient de l’armement à ce qu’ils appellent des groupes « modérés », et qui sont en fait des terroristes. Ce sont eux qui l’ont dit, pas moi. Les Américains ont tenu les mêmes propos, les Français aussi. Alors si vous revenez aux déclarations de vos dirigeants durant ces deux, trois ou quatre dernières années, vous trouverez bien plus d’une déclaration faite par des responsables français. Ils s’accusent eux-mêmes.

TF1. François Hollande est sur le point de quitter le pouvoir en France. Et vous êtes toujours là : avez-vous remporté ce bras de fer avec François Hollande ?

Dr. Bachar el-Assad. Il ne s’agit pas de moi et de lui. Il n’y a rien de personnel là dedans. Je ne l’ai jamais rencontré. Pour être franc, je ne me soucie aucunement de lui avec ses 11% de popularité, ce qui je pense s’appelle toucher le fond comme jamais aucun de ses prédécesseurs dans l’histoire de France. En fait, il s’agit avant tout d’une affaire entre moi et les terroristes, et entre moi et quiconque soutient les terroristes. Jusqu’à maintenant, les terroristes n’ont pas été en mesure de gagner cette guerre. Mais ils détruisent la Syrie. Ils ont tué des centaines de milliers de syriens. Alors je ne peux pas dire que j’ai gagné la guerre. Ils n’ont pas réussi à accomplir leur projet, oui,  mais pour le moment nous n’avons pas encore terminé notre guerre. Je ne peux donc pas dire que j’ai gagné cette guerre.

TF1. Suivez-vous la campagne électorale française qui a lieu chez nous ?

Dr. Bachar el-Assad. Nous la suivons dans les grandes lignes, pas dans les détails. En fait nous ne misons pas sur les élections dans les pays occidentaux, pour la simple raison que nous ne prenons pas les dirigeants occidentaux au mot quand ils font campagne. Ce qu’ils disent, c’est pour gagner les électeurs, et non dans l’intérêt de leur pays. C’est un fait, je vous parle franchement.

Europe 1. Monsieur, vous voyez quand même une différence entre la droite et la gauche en France sur le sujet des relations avec la Syrie, non ?

Dr. Bachar el-Assad. Oui, on peut constater une différence, mais en fin de compte, l’important c’est bien la politique du président élu. Est-ce qu’elle est conforme à ce qu’il prônait avant son élection, ou non  ? Telle est la question. Donc nous ne misons pas là-dessus. Évidemment, on préfère quelqu’un qui n’est pas un fauteur de guerre. C’est ce que nous préférons, mais on n’en sait rien.

Europe 1. Par exemple, qui a votre préférence parmi ceux qui rejettent la guerre ?

Dr. Bachar el-Assad. Je ne vois pas de grosses différences en fait pour le moment. Mais encore une fois, je ne parie pas sur le discours des uns et des autres. De ce côté là, il n’y a pas vraiment de différence.

TF1. Et avez-vous des contacts avec certains des candidats ? Ou avec aucun ?

Dr. Bachar el-Assad. Non, nous n’avons établi de contact avec aucun d’entre eux.

Europe 1. Et avec nos Services de Renseignements ?

Dr. Bachar el-Assad. Dans certains cas, nous avons eu des contacts indirects.

Europe 1. Avec les services secrets français ?

Dr. Bachar el-Assad. Oui.

Europe 1. Et vous, personnellement, avez-vous eu des contacts avec nos Services de Renseignement ?

Dr. Bachar el-Assad. En fait, lors de la visite d’une délégation parlementaire en Syrie, un des membres de la délégation était des Services de Renseignement. Donc, ces contacts existent. Bien sûr le gouvernement français a déclaré qu’il s’agissait d’une délégation parlementaire, mais qu’il n’était pas concerné et qu’il désapprouvait. Ce n’est pas vrai : il y a bien entendu plusieurs canaux de communications.

Europe 1. Un pays a déjà changé de président : ce sont les États-Unis. L’une des premières décisions de Donald Trump, contestée, est le Muslim Ban qui a pour but d’interdire l’entrée aux États-Unis des citoyens de plusieurs pays musulmans, dont la Syrie. En tant que citoyen syrien, en tant que président de la, Syrie ressentez vous ici une forme d’humiliation ?

Dr. Bachar el-Assad. Non. Ce n’est pas le peuple syrien qui est visé ici. Ce sont les terroristes, qui pourraient s’infiltrer à travers certains immigrants venus à l’Ouest. Et cela s’est déjà produit, en Europe, notamment en Allemagne, et cela risque de se reproduire aux États-Unis. Je pense que le but de Donald Trump est d’interdire l’entrée à ces gens-là, alors il s’y est pris à sa manière.

Europe 1. Alors il s’y est pris de la bonne manière ?

Dr. Bachar el-Assad. Non je parle de quelque chose sur lequel on peut être d’accord ou non en tant que personnes, mais en tant que président, je ne m’inquiète pas là-dessus. Mon souci à moi, c’est de pouvoir rapatrier les Syriens en Syrie, pas de les envoyer aux États-Unis. Je ne serai pas heureux de les voir émigrer vers d’autres pays. Ce qui me rend heureux, c’est qu’ils puissent revenir en Syrie, parce qu’ils veulent y revenir. Car la majorité des Syriens est partie à cause du terrorisme et en raison de l’embargo occidental.

Alors si je veux agir sur cette décision, je demanderais à Donald Trump et aux pays occidentaux de lever l’embargo et d’arrêter de soutenir les terroristes. Ils n’auraient alors plus de problème sur ce point. Ils n’auraient ni d’immigrants ni de terroristes qui s’infiltrent parmi les immigrants. Par ailleurs, et c’est un autre point important, ce n’est pas parce qu’on se soucie du sort des Syriens ou d’autres pays, qu’on soulève tout ce tapage autour des décisions de Donald Trump. C’est parce qu’on veut utiliser notre cause, ou notre problème, ou notre conflit, pour alimenter leur conflit avec Donald Trump. D’autres décisions ont été prises par Barack Obama, il y a quelques mois sur le même sujet, les media dominant aux États-Unis n’en ont pas parlé. Ils ont seulement commencé à parler lorsque Donald Trump a fait son annonce d’une manière aussi flagrante.

Europe 1. Donc vous vous sentez plus à l’aise avec Donald Trump qu’avec Barack Obama ?

Dr. Bachar el-Assad. Non, je ne peux me sentir à l’aise que lorsque j’aurai vu sa politique vis-à-vis de la Syrie. Je ne l’ai pas encore vue. Encore une fois, il faut être prudent avec chaque dirigeant occidental, parce qu’ils peuvent dire une chose le matin et faire le contraire le soir. Ou faire une chose le matin et son contraire le soir. Ils ne s’engagent pas. Ils sont très pragmatiques au point de marchander leurs valeurs. Je dirais plutôt que leurs politiques ne reposent pas sur des valeurs.

TF1. Il y a au moins quelque chose qui n’a pas changé jusqu’à présent c’est le désengagement des États-Unis dans cette région. C’est assez évident. Une deuxième série de négociations sur l’avenir de la Syrie débute en ce moment à Astana au Kazakhstan et c’est assez frappant les pays occidentaux sont totalement hors jeu : ils sont absents du tableau. Est-ce vraiment une bonne chose pour l’avenir des négociations et les perspectives de paix dans la région ?

Dr. Bachar el-Assad. Non. Plus le soutien d’un processus politique est grand, mieux c’est. Mais les pays occidentaux qui ont été impliqués dans ces processus, notamment la France et le Royaume-Uni, ont perdu une chance d’accomplir quoi que ce soit à Genève, et à deux reprises. Ils n’ont rien réussi parce qu’ils soutenaient précisément ces groupes représentant le terrorisme contre le gouvernement. Leur but n’était pas de faire la paix en Syrie, ils voulaient plutôt utiliser le cadre de l’ensemble du processus pour atteindre leur but.

TF1. Mais le fait que la destinée du Moyen-Orient est parrainée par deux pays, l’Iran et la Russie qui n’ont pas un bilan démocratique fantastique, est-ce une bonne chose ?

Dr. Bachar el-Assad. Encore une fois, plus il y a de pays impliqués, mieux c’est. Ce n’est pas seulement notre vision des choses, c’est aussi celle des Russes. D’ailleurs, ils ont invité de nombreux pays à y participer, et à les aider à combattre le terrorisme et à soutenir ce processus politique. Cependant, les Occidentaux se sont isolés. Mais pas l’Iran, ni la Russie. Les pays occidentaux étaient très passifs vis-à-vis de ces initiatives. Par exemple, où sont-ils par rapport à Astana ? Les Russes leur ont-ils dit de ne pas venir ? Non ! Ce sont eux qui ont choisi de ne pas y participer.

TF1. Alors en résumé, l’Iran et la Russie sont des promoteurs de la paix et les occidentaux des fauteurs de guerre, c’est ça ?

Dr. Bachar el-Assad. Exactement. A 100%. 100% !

Europe 1. Continuons à parler de la Russie. Est-ce que vous diriez que Vladimir Poutine est le vrai décideur dans la région ? Et même dans votre pays, en Syrie ?

Dr. Bachar el-Assad. Non, il ne l’est pas. En Syrie, c’est nous qui prenons les décisions. Quant aux autres pays, je ne peux parler en leur nom. Les Russes respectent notre souveraineté, à chaque étape qu’ils ont franchie, qu’elle soit d’ordre stratégique ou tactique, ce fut en coopération avec la Syrie. Ils n’ont jamais rien fait sans nous consulter. Ils fondent leur politique sur des valeurs, et sur leurs intérêts, notamment en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme. Alors non, nous sommes les décideurs.

Europe 1. Mais diriez-vous que sans la Russie, votre gouvernement se serait effondré il y a déjà longtemps ?

Dr. Bachar el-Assad. C’est une question purement hypothétique. Personne ne peut prévoir les résultats de la guerre, car par définition la guerre est fluctuante. Bien entendu, il est sûr que sans le soutien russe, les choses auraient été pires. Mais jusqu’à quel point ? Nul ne le sait. Je ne peux pas vous dire si le gouvernement aurait tenu ou se serait effondré. Mais il est certain que le soutien des Russes a été crucial dans l’affaiblissement de DA’ECH et du Front al-Nosra. Parce que ces groupes s’étaient mis à s’entendre quand la coalition américaine a commencé ses attaques, sa campagne cosmétique. Et ils ont progressé jusqu’à ce que les Russes interviennent et les ont poussés à se rétrécir. C’est une réalité. C’est un fait.

TF1. Êtes-vous frappé par le fait qu’il y a quelques années, la plupart des observateurs, des analystes, disaient que vous n’alliez pas durer très longtemps au pouvoir ? Et maintenant, surtout après Alep, beaucoup de gens s’accordent sur le fait que vous puissiez, en fait, rester en place. On discute en ce moment dans les négociations d’Astana de votre maintien au pouvoir. Dans nos pays, lorsqu’un homme politique a un mauvais bilan, en général, il ne reste pas en place très longtemps. Après 17 ans au pouvoir, six années de guerre, plus de 300.000 morts, un pays détruit et divisé, diriez-vous que, sur un plan moral, et non pas sur un plan légal, mais bien moral, diriez-vous que ce bilan vous autorise à rester au pouvoir quelque soit l’issue des négociations en cours ?

Dr. Bachar el-Assad. Vous êtes bien au courant que ces terroristes qui ont commis ces attaques en France, l’année dernière ? Vous vous souvenez que la police avait abattu certains d’entre eux ? Diriez-vous à ces policiers qu’ils sont des tueurs ou des sauveurs ? Et pourtant, ils ont tué ! C’est la même chose pour un médecin qui amputerait une jambe parce qu’elle a la gangrène. Diriez-vous qu’il a commis une atrocité ou qu’il a sauvé la vie de son patient ? Il s’agit donc de connaître la raison de l’acte. Dans notre cas, nous combattons le terrorisme pour protéger le peuple. Ce n’est pas mon point de vue personnel que je donne là. C’est un devoir qui relève de la Constitution et de la loi. Si je ne le faisais pas, je serais moi même le tueur parce que je permettrais aux terroristes de tuer encore plus de Syriens en Syrie. Le devoir de votre armée est de protéger les Français. Autrement, vos militaires pourraient dire : « On ne va pas intervenir de peur d’être traités de tueurs ».

TF1. Alors vous diriez que vous avez fait tout ce que vous pouviez, tout ce que vous deviez, pour votre pays ?

Dr. Bachar el-Assad. Tout ce que je pouvais, oui ! Absolument ! Ce que je devais ? C’est au peuple syrien de le dire parce qu’il peut y avoir des points de vue différents. Mais quant à la question de savoir si c’est un mauvais bilan – et je parle du point de vue moral que vous venez d’évoquer – c’est aussi aux Syriens de le dire, pas aux dirigeants européens. Ils disaient tous Assad doit partir. Maintenant ils n’en parlent plus. Je ne me soucis d’aucun de ces deux avis. Je n’en ai jamais tenu compte, depuis le tout début. Ce qui compte pour moi, c’est notre combat contre le terrorisme, et la lutte contre leurs projets visant à détruire notre pays. Ce fut dès le début mon plus grand souci. Quoi qu’ils disent, c’est du pareil au même. Ce bilan est un bilan syrien et nullement un bilan européen.

Europe 1. Mais quand le peuple syrien pourra-t-il dire s’il approuve ou non votre politique ? Nous avons des élections en France, en ce moment. Quand serons les prochaines élections en Syrie ?

Dr. Bachar el-Assad. Il y a deux moyens d’y parvenir. Les moyens dont nous disposons actuellement et ceux dont nous disposerons dans l’avenir, à la fin de la guerre. A ce moment là, on pourra envisager toutes sortes de solutions, les urnes, les élections, tout est possible. D’ici là, le peuple n’a qu’un seul moyen de se prononcer. Ou bien vous soutenir, ou bien ne pas le faire. Après six ans de guerre, si ce président a un mauvais bilan aux yeux du peuple syrien, pourquoi le soutiendrait-il ? C’est une simple question : Pourquoi devrait-il le soutenir ? Pourquoi ne soutient-il pas les terroristes ? Et pour revenir à votre question, lorsque vous évoquez 300.000 ou 400.000 morts et que vous dites que c’est le président qui les a tués, c’est comme si vous donniez aux terroristes un certificat de bonne conduite parce que ce serait nous qui auraient tué les gens et eux qui les auraient protégés. Comme si c’était Al-Qaïda, An-Nosra ou DA’ECH qui protégeaient les gens et les défendaient. Voilà le fond de la question. Et bien non ! La vérité c’est que nous nous battons pour le peuple syrien. C’est la raison pour laquelle le peuple syrien a soutenu son gouvernement, son armée et son président.

© Sana,  TF1 & Europe 1. .Traduit par Mouna Alno-Nakhal.

Votre Avis

A Consulter

Flynn sur la touche : le Premier vrai revers de l’administration Trump [2]

Enfin ! Le camp démocrate peut s’enorgueillir d’un succès en demi teinte. À force d’articles biaisés, …

Ce site utilise des cookies pour les services qu’il offre. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous acceptez leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer