Accueil / FOCUS / Pólemos / De Villiers, une Démission qui fait sens &… débat [2]

De Villiers, une Démission qui fait sens &… débat [2]

« S’il devait en être autrement, si nous devions laisser en vain nos os blanchis sur les pistes du désert, alors, que l’on prenne garde à la colère des Légions ! ». Lettre (rapportée par Suétone) du centurion Marcus Flavinius à son cousin Tertullus à Rome & Exergue de Jean LARTÉGUY, pour son livre Les Centurions (Presses de la Cité, 1960).

Si la missive de Flavinius manque de réalité. Les réaction qui suivent font bien état du discrédit du peuple pour Jupiter élyséen (sic)1. La cote de popularité d’Emmanuel Macron vient de perdre dix points d’un coup. Nous n’en sommes pas à la roche tarpéienne2 mais, à force… 2ème Partie.

| J’veux voir qu’une tête !

« Le chef d’état-major a été déloyal dans sa communication. Il a mis en scène sa démission. C’est son comportement qui a été inacceptable. On n’a jamais vu un CEMA (chef d’état-major, NdlR) s’exprimer via un blog, ou faire du off avec des journalistes ou interpeller les candidats pendant la présidentielle, comme cela a été le cas (…). Il s’est comporté en poète revendicatif. On aurait aimé entendre sa vision stratégique et capacitaire plus que ses commentaires budgétaires ».
Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement.

| Parole vraie & intégrité.

« Le Sénat a pu mesurer la très grande valeur du général de Villiers, apprécier sa parole vraie, admirer son courage et son intégrité. C’est un très grand serviteur de la Nation à qui la Commission veut dire son estime et sa reconnaissance ».
Christian Cambon, président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense & des Forces armées.

| Suites possibles.

Le chef d’État-major des armées (CEMA), « …avait répondu avec franchise et honnêteté aux questions d’une commission parlementaire, réunie en huis clos. Des fuites intolérables ont eu lieu. Les conséquences de ces fuites ne sont en aucun cas imputables à l’ex Chef d’État-major des Armées, mais à un ou des parlementaires présents, ce qui constitue un acte de divulgation de propos proférés sous serment, dans le secret de la commission, autrement dit une trahison.Il s’agit bel et bien d’un acte de révélation de données sensibles, sanctionné pénalement.Nous allons nous rapprocher des parlementaires pour exiger l’ouverture d’une enquête ».
Serge Petitdemange.

| Mouche du coche.

« Quelle mouche a donc piquée le porte-parole du gouvernement ? L’exaspération de voir fleurir dans les médias des comptes rendus peu flatteurs sur l’état global matériel des Armées ? L’incompréhension populaire devant l’annonce d’une hausse de budget militaire l’an prochain sans saisir pourquoi dès lors le baisser auparavant et donc provoquer une telle crise pour rien ? Ou tout simplement ce qui semble être le marqueur du nouveau quinquennat : ne pas supporter la moindre discussion sur les décisions gouvernementales et présidentielles jusqu’à systématiquement taper compulsivement sur la table pour rappeler qui ‘commande’ désormais notre pays sans aucun débat possible ? »
Marc Louboutin, sur FB.

| Dr. Manu & Mister Cruise.

« Il cherche aussi à rassurer après son clash avec le général de Villiers. Et puis, il ne faut pas oublier que c’est le premier président qui n’a pas fait son service militaire, il est nécessaire qu’il s’affirme face à l’armée ».
Dominique et François Gaulme, auteurs de Les Habits du pouvoir, à propos du dress code d’Emmanuel Macron.

| Des preuves d’amour, des vraies.

« Porter la tenue de l’armée de l’air, c’est cool, c’est fun, mais c’est superficiel. L’important, c’est le budget, c’est ça la vraie preuve d’amour. De ce côté-là, il y a un vrai sentiment de trahison devant les promesses non-tenues du Président (…). A ma connaissance, s’habiller en militaire pour rencontrer l’armée, c’est assez inédit. Il faut dire que les précédents présidents, que ce soit Giscard, Mitterrand, Chirac ou même les deux derniers, avaient tous fait leur service militaire. Ils n’avaient pas grand chose à prouver à ce niveau-là ».
Michel Goya, animateur du blog La voie de l’épée.

| Tribalisme & Com.

« S’habiller en militaire quand on va rencontrer l’armée, cela renvoie au concept sociologique de tribu. On suscite l’identification en envoyant un message du type ‘je fait partie de votre groupe, on peut donc travailler ensemble ».
Caroline Baly, conseillère en image au sein de l’agence Image Nouvelle.

| Ça va couper.

« Le ministère des Armées sait déjà qu’il devra s’asseoir sur une partie de cette somme. Au sein de ces 2,7 milliards gelés en 2017, 850 millions d’euros de crédits ont été annulés par Bercy dans le cadre du plan d’économies de 4,5 milliards d’euros destiné à remettre la France dans les clous des 3% de déficit maastrichtiens. Pourquoi 850 millions ? La somme correspond au coût des opérations extérieures (OPEX) qui n’est pas budgété dans la loi de finances initiale (LFI). La LFI prévoit 450 millions de financement pour les OPEX, alors que celles-ci devraient coûter 1,3 milliard d’euros. Bercy veut faire payer la différence, soit 850 millions, par les armées. Une entorse majeure à la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, qui prévoit dans son article 4 que les surcoûts OPEX sont financés par la solidarité interministérielle, mais une entorse que l’Élysée a validé sans broncher (…). Le premier défi de la ministre des armées Florence Parly va donc être de gérer au mieux cette coupe de 850 millions d’euros. Comme il est inconcevable de jouer sur les soldes et les primes des militaires, ces annulations de crédits concernent le programme 146 du Budget, dédié à l’équipement des forces. Il faut donc trouver dans quels programmes couper, pour minimiser l’effet sur les troupes. La Direction générale de l’armement et l’État-major des armées travaillent sur plusieurs axes, indique-t-on au ministère des armées. Un, réduire les versements aux organisations internationales de gestion de programmes d’armement, comme l’OCCAR (Organisme conjoint de coopération en matière d’armement), qui gère notamment les programmes d’avion de transport militaire A400M, de l’hélicoptère d’attaque Tigre, des frégates FREMM et du programme spatial Musis. Deux, gratter quelques économies sur les programmes gérés par la DGA. Ces deux premiers points devraient permettre d’atteindre la moitié de l’objectif, soit 400 à 450 millions d’euros, espère-t-on à Brienne ».
Vincent Lamigeon, in Challenges
https://www.challenges.fr/entreprise/defense/boucler-le-budget-2017-le-defi-kafkaien-des-armees_488770.

| Commandement réduits aux acquêts.

« … il est à craindre que cette crise entre le chef de l’État et l’ancien chef d’état-major ne conduisent l’exécutif à cantonner le général Lecointre aux seuls sujets de la préparation et de la conduite militaire des opérations. Si on écoute bien les derniers propos du Président, la question budgétaire est du ressort de la seule ministre des armées. Laquelle, soit-dit en passant, a été invisible pour les militaires dans cette crise alors qu’elle se dit spécialiste des problèmes budgétaires, du fait de son cursus antérieur ! Cette évolution ne ferait que confirmer la relégation des officiers aux seules questions opérationnelles et dans un rôle de techniciens de la chose militaire. Le précédent gouvernement, alors J-Y. Le Drian était ministre, a déjà enlevé aux chefs d’État-major les responsabilités de la politique des ressources humaines (militaires), de l’infrastructure, des relations internationales et de la réflexion stratégique… Ce sont de graves erreurs. Car qui est mieux placé que les officiers pour étudier avec pertinence tous ces sujets en liaison avec des réalités opérationnelles qu’ils sont les seuls à connaître ? Enlever au chef d’État-major des armées le droit de dire son fait sur le budget des armées – et demain, pourquoi pas, pour l’élaboration des lois de programmation militaire ? – est un non-sens et une faute. Où s’arrêtera-t-on sur ce chemin de déconstruction de l’institution militaire ? C’est la preuve d’une méconnaissance insondable de l’ordre militaire et de ses nécessités pour la protection de la Nation et de sa population. C’est aussi une faute morale au regard de l’abnégation, du dévouement, du désintéressement, du sens du service et du devoir de l’ensemble du personnel des armées, à un moment où leur engagement n’a jamais été aussi fort au service des intérêts du pays »3.
Général Jean-Marie Faugère.

| Indigence à hauts risques.

« Plus un rond pour nos poilus mis à poil, donc ; et c’est miracle si l’armée française fonctionne encore, mendiant ses munitions à ‘l’ami’ américain, obligée de cannibaliser avions et hélicoptères, lui arrachant, l’une après l’autre, pièces de rechange afin qu’un engin puisse s’envoler tandis que deux restent à terre. Et ne parlons même pas des chaussures et des gilets pare-balles, la majeure partie du temps payés sur une solde qu’ils ne touchent plus, la majeure partie du temps. Même le plus acharné des antimilitaristes aurait pitié… ».
Nicolas Gauthier, http://www.bvoltaire.fr/cest-leffet-macron-nos-poilus-a-poil/.

| Confiance rompue.

« Le discours du Président à Istres, est resté finalement le même que celui du 13 juillet, promesses inclues, l’hommage au général de Villiers remplaçant l’insulte à peine voilée, mais avec l’ajout de la non acceptation des ‘discours de défaite’ (dont on ne sait pas très bien de quoi il s’agit). Malgré une nouvelle parade en tenue et surtout la nomination d’un nouveau CEMA aux brillants états de service, la confiance était clairement rompue et il faudra beaucoup de temps et surtout d’actes concrets pour la renouer. Il faudra d’autant plus de temps qu’une nouvelle charge, probablement la plus stupide de toutes, est venue dès le lendemain avec l’interview de Christophe Castaner dans Le Figaro, cherchant peut-être à transformer un fiasco en démonstration ratée d’autorité et en menace pour les éventuels haut-fonctionnaires rétifs. Les derniers sondages de popularité ne semblent pas montrer en tout cas que cela n’a pas été perçu comme tel. Au bilan, une séquence d’une incroyable maladresse et qui, au lieu de modernité cool, paraît ramener les rapports entre le politique et les militaires des dizaines d’années en arrière. Si, pour reprendre les propos d’Emmanuel Macron, c’est le « sens de la réserve qui a tenu nos armées où elles sont aujourd’hui » (phrase un peu étrange quand même), on voit effectivement où cela mène lorsqu’on ferme sa gueule. A bientôt donc pour de nouveaux ‘discours de défaite’ ».
Michel Goya, La Voie de l’Épée https://lavoiedelepee.blogspot.com/2017/07/flop-gun.html#kkZAxfWtA0cP6GoJ.99.

| Jeu de rôle.

« Le chef de l’État se déguise. L’uniforme lui permet de se présidentialiser rapidement et de construire un style à la fois moderne et autoritaire (…). en injectant en permanence ce type d’image aux Français, il peut donner l’impression d’un jeu de rôle ».
Philippe Moreau, spécialiste de la com.

Notes

1 Par rapport au Iupiter Optimus Maximus capitolin des Anciens Romains.
2 En latin, Saxum Tarpeium ou Rupes Tarpeia ou encore le neutre substantivé Tarpeium. Nom(s) de la crête rocheuse située à l’extrémité sud-ouest du Capitole, à Rome. Lieu d’exécution capitale pendant l’Antiquité, c’est de là qu’étaient précipités, jusqu’à la fin de la République romaine, les criminels ; ceux qui souffraient d’une déficience mentale ou physique importante subissaient le même sort car on les croyait maudits des dieux.
3 Voir.

 

Consulter aussi

Défense : Des Coupes claires qui ne passent pas [2]

C’est peu de dire que le coup de rabot de 850 M€ imposé à la …

Défense : Des Coupes claires qui ne passent pas [1]

C’est peu de dire que le coup de rabot de 850 M€ imposé à la …

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz

Ce site utilise des Cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous validez leur utilisation. .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer