Accueil / FOCUS / Analyses / Dr. Tweet & Mr. Trump se joue(nt) du G20 [3]

Dr. Tweet & Mr. Trump se joue(nt) du G20 [3]

Foin de l‘onanisme médiatique de nos perruches nées non pas de la cuisse de Jupiter (le vrai) mais du cloaque écolo-Libéral1 californien, parfaitement à l’aise dans ses texanes (& non ses santiags), Donald J. Trump aura obtenu (sans trop d’efforts qui plus est) quasiment tout ce qu’il pouvait espérer d’un G20 à bout de souffle. Retour sur une semaine un peu folle. 3ème Partie.

« Depuis trois siècles, en fait bien plus si on tient compte de tout le monde germanique, Prusse comprise, l’Allemagne a rêvé de dominer l’Europe. Le pangermanisme n’est pas une simple relique de l’Histoire. On avait cru qu’avec la débâcle d’Hitler elle avait enfin renoncé à ses funestes projets, il n’en était rien. Elle était simplement en convalescence et, une fois remise sur pieds, a repris ses rêves ancestraux. Elle a patiemment attendu que trois ou quatre générations fassent le travail d’oubli et est maintenant en route pour un nouveau style de domination, celle de l’économie avec l’euro comme outil bien utile, mais qui ne prélude en rien les autres formes de domination y compris militaire pour l’avenir. Elle s’alliera avec le diable s’il le faut, ça s’est déjà passé dans l’histoire où elle l’a fait aussi bien avec les Ottomans qu’avec les Soviétiques. Elle essaye maintenant de se séparer des États-Unis sous le prétexte qu’elle n’est pas d’accord avec Trump sur le changement climatique et seuls les pays d’Europe de l’Est qui en ont été victimes à répétition s’en rendent compte. Je n’ai aucune confiance en Diabola Merkel… ».
Eber Addad.

| Q. Mais vous trouvez vraiment que les intellectuels disent n’importe quoi à propos de Trump ?

Jacques Borde. Oui, et pas qu’un peu. Je vais vous donner un exemple. La lénifiante et péremptoire Nicole Bacharan, lors de son énième passage sur une de nos bonnes (sic) chaînes, s’est indigné que Donald J. Trump ose critiquer les SR de son pays. Et notamment la… CIA. Cette saillie drôlatique mérite qu’on s’y attarde :

Primo, Bacharan ferait mieux de réviser ses gammes en matière de Renseignements. Le pouvoir politique étasunien ne s’est jamais privé, lorsqu’il le jugeait nécessaire, de tirer les oreilles de ses spookies2. Ainsi, sous le mandat du 39ème président US, le très démocrate James Earl Jimmy Carter Jr., le Director of Intelligence, l’Amiral Stansfield Turner, mena (courant 1979) une purge sévère et brutale de la CIA qui renvoya dans leurs foyers 800 de ses cadres. Au siège de la CIA, on trouvera (récupérera en fait, pour être précis) même un nom qui en dit long sur l’ampleur du traumatisme : Halloween Massacre.

Secundo, Bacharan, dans son ire anti-Trump fait preuve d’une déconcertante légèreté. N’a-t-elle jamais entendu parler des bides sanglants de l’Agence et de ses si gentils espions. Citons en deux qui ont fait date :

1- la quête des Armes à destruction massive (ADM) en Irak avec des forgeries répétées et massives :
2- l’Opération Phoenix3. Pour la bonne bouche, Bacharan étant parfaitement francophone, rappelons-lui que c’est à partir des théories de guerre insurrectionnelle synthétisées par Trinquier4 et Galula5 que Robert Komer (de la… CIA) qui deviendra l’un des conseillers du président Lyndon B. Johnson pour la Guerre du Viêt-Nam, « a conçu l’opération Phoenix, qui est en fait une copie de la Bataille d’Alger appliquée à tout le Viêt-Nam du Sud. (…) Pour cela, on retournait des prisonniers, puis on les mettait dans des commandos, dirigés par des agents de la CIA ou par des Bérets verts, qui agissaient exactement comme l’escadron de la mort de Paul Aussaresses »6.

Galula a tellement marqué les Américains que s’exprimant à son sujet, le général (CR) David King Petraeus (autre patron de la… CIA, rappelons-le) parle du « Clausewitz de la contre-insurrection ».

Effectivement, entendre une des prêtresses de la gauche américaine à Paris défendre bec et ongles cette bonne vieille CIA !…

| Q. Décidément, vous n’aimez pas beaucoup l’intelligentsia et tout ce qui tourne autour ?

Jacques Borde. Pas vraiment. Tiens encore un drôle débusqué par ce cher Eber Addad : « Dans la satanée rubrique ‘faites ce que je vous dis mais pas ce que je fais’, on apprend que George Clooney a décidé de rapatrier sa famille, et lui-même bien sûr, d’Europe et principalement d’Angleterre qu’il considère dangereuses à cause du terrorisme et de l’invasion des ‘réfugiés’ dont il s’était pourtant fait l’avocat… J’adore l’hypocrisie systématique de toutes ces célébrités ! ».

Moi aussi…

| Q. Dites-donc, vous ne m’avez pas encore parlé de la Russie ?

Jacques Borde. (Soupir) parce qu’il n’y a pas grand-chose d’exaltant à en dire, pardi ! J’avoue être (partiellement) en désaccord avec Jacques Sapir lorsqu’il écrit que « Si les États-Unis ont obtenu des russes un accord pour un cessez-le-feu concernant le sud-ouest de la Syrie, cessez-le-feu dont on peut penser qu’il présage à court terme d’une partition du pays, ils ont aussi acté et du maintient au pouvoir d’Assad, et de la domination de ce dernier sur une très grande partie de la Syrie ‘utile’. Cela revient à accorder aux Russes et aux Iraniens, ces derniers n’étant pas présents au G-20, ce qu’ils demandaient »7.

Certes, mais Moscou, qui n’a toujours pas dans son périmètre géostratégique une capitale d’Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (DA’ECH)8, ne semble pas près d’en avoir une. Pas plus que Deir ez-Zor, que les Russes ont refusé d’aider faire tomber comme le leur demandaient Syriens et Iraniens.

Plus gênant encore, l’accord de cessez-le-feu, se double d’une interdiction de survol, de jure autant que de facto désormais, de son propre territoire imposée à l’Al-Qūwāt al-Jawwīyä al-Arabiya as-Sūrī (FAAS)9. Pas très malin. Surtout l’on ajoute l‘inefficacité chronique de la bulle protectrice (sic) russe qui n’a toujours pas empêché le plus petit raid visant, hier, le seul Hezbollah, mais, désormais, l’Al-Jayš al-’Arabī as-Sūrī (AAS)10. À se demander à quoi rime l’« accord de désescalade » dans le sud-ouest syrien conclu par la Russie, les États-Unis et la Jordanie ?

Sans parler d’Israël.

| Q. Pourquoi Israël ?

Jacques Borde. Parce que Jérusalem, qui voit midi à sa seule porte et connaît son petit monde (notamment les Iraniens qui ne sont jamais très loin) s’oppose à ce que des Russes contrôlent la future zone de désescalade et veut que cette mission soit remplie par les États-Unis, a révélé le journal Ha’Aretz.

Selon le quotidien, dans l’ensemble, les Israéliens ont reçu « positivement » l’idée de créer une zone de désescalade aux frontières de la Syrie, de la Jordanie et d’Israël permettant de :

1- mettre un terme aux combats près de ses frontières ;
2- ne pas permettre aux forces iraniennes, au mouvement Hezbollah et aux groupes chî’îtes de faire leur entrée dans la région.

Reste qu’« Une des principales préoccupations israéliennes sera de savoir comment serait assuré le régime de cessez-le-feu près des frontières d’Israël et de la Jordanie et qui en serait le responsable (…). La Russie a proposé que ce travail dans le sud de la Syrie soit effectué par son armée. Israël s’y oppose catégoriquement (…). Israël préférerait que le cessez-le-feu dans le sud de la Syrie soit assuré par les troupes américaines. L’administration du Président américain examine cette idée, mais la décision n’a pas encore été prise » écrit le journal se référant à un fonctionnaire haut placé.

| Q. Et, c’est embarrassant ?

Jacques Borde. Pour les Russes et ses alliés ? Oui, pas qu’un peu. Cela signifierait, à terme :

1- encore plus de forces US dans la boucle ;
2- que Tsahal continuera de taper qui il veut et quand il veut. Et lorsque les Israéliens tapent, ils font très mal !

Comme disent les Psaumes : « Jamais le gardien d’Israël ne dort ni ne sommeille »11.

Ceux qui en doutent, ne tarderont pas à s’en apercevoir. À commencer par les Russes, s’ils n’y prêtent gare…

Notes

1 Gauchiste en fait, selon la grille de lecture étasunienne.
2 Espions.
3 Connue au Viêt-Nam sous le nom de Kế Hoạch Phụng Hoàng. Opération secrète qui combinait le recueil de renseignements et la mise sur pied d’opérations contre-révolutionnaires lancées à partir de la fin de 1969. Il s’agissait de retourner les méthodes de contrôle de la population et de guérilla contre le Front national de libération du Sud Viêt-Nam dans le territoire de la République du Viêt-Nam (Sud). Ses détracteurs parlent à son sujet de plusieurs dizaines de milliers de morts.
4 Roger Trinquier (20 mars 1908-11 janvier 19861) officier supérieur parachutiste, ayant participé à la Guerre d’Indochine, à la crise de Suez et à la Guerre d’Algérie. En tant que membre de l’état-major de la 10ème Division parachutiste de Jacques Massu, il prend part, dans un rôle de premier plan, à la Bataille d’Alger en 1957. Commandeur de la légion d’honneur, titulaire de 14 citations dont 10 à l’ordre de l’armée, Trinquier est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont La Guerre moderne (La Table Ronde, 1961), il est un des théoriciens de la guerre subversive et sera abondamment cité dans les écoles de guerre, en particulier la School of Americas (Panama) et Fort Benning (É-U). La Guerre moderne est l’un des manuels de la guerre contre-insurrectionnelle, soulignant l’importance du Renseignement, de la guerre psychologique et du volet politique des opérations armées. Il a été abondamment cité par le général britannique Frank Kitson, qui a travaillé en Irlande du Nord et est l’auteur de Low Intensity Operations: Subversion, Insurgency & Peacekeeping (1971).
5 David Galula (1919- 1 mai 1967), officier et penseur militaire français, théoricien de la contre-insurrection. De retour d’Algérie où il a participé aux opérations militaires françaises, Galula s’installe aux États-Unis où il théorise une approche renouvelée de la contre-insurrection. Ses travaux ont fortement influencé la communauté militaire américaine qui considère l’officier comme le principal stratège français du XXe siècle. Galula est d’ailleurs l’une des trois références mentionnées dans le manuel de contre-insurrection de l’armée américaine, Headquarter Department of the Army, FM3-24 MCWP 3-33.5: Insurgencies & Countering Insurgencies (mai 2014).
6 Escadrons de la mort, l’école française, Marie-Monique Robin,2008, p.254 (entretien de l’auteur avec Carl Bernard). Opus de gauche, afin que sa lecture n’offusque pas trop dame Bacharan…
7 Ce que révèle le G20 de Hambourg .
8 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
9 Force aérienne arabe syrienne.
10 Armée arabe syrienne.
11 Psaumes 121, 4.

Consulter aussi

Notre Industrie d’armements plus à la fête que nos Armées ! Mais pour combien de temps ?

La légèreté de nos politiques vis-à-vis de nos armées fait, hélas, sens. Notre grande muette, …

Tocqueville et la conquête française en Algérie

Je me considère comme un spécialiste de Tocqueville maintenant. Même Wikipédia le reconnait goulûment. Je …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour les services qu’il offre. Pour accepter leur utilisation, poursuivez votre visite ou cliquez sur : .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer